Gouvernement du Canada

Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada

www.international.gc.ca

Éthiopie

Table des matières

Projets de développement international en Éthiopie

Projets de développement international en Éthiopie

Décaissements de l'ACDI en Éthiopie : 2011-2012

Décaissements de l'ACDI en Éthiopie
Montant en M$
Assistance au développement à long terme
145,59
34,81
Total 180,40
Sources
Des enfants au site de déchargement d'Adaa-Liben. © ACDI-CIDA/Patti Gower

Aperçu

Avec ses 85 millions d'habitants, l'Éthiopie occupe le deuxième rang des pays les plus peuplés de l'Afrique subsaharienne. C'est l'une des nations les plus pauvres du monde; environ 29,6 % de la population y subsiste avec moins de 1,25 $US par jour. En 2012, l'Éthiopie occupait le 173e rang sur 187 pays pour ce qui est de l'indice du développement humain établi par le Programme des Nations Unies pour le développement.

Les indicateurs du développement humain sont faibles, et les statistiques sur la sécurité alimentaire et sur le statut et le bien-être des femmes sont extrêmement alarmantes. Même si l'Éthiopie est considérée comme le pays le plus stable de la Corne de l'Afrique, elle doit faire face à plusieurs difficultés persistantes en matière de sécurité intérieure et extérieure.

L'Éthiopie a connu une croissance économique sans précédent depuis le début du 21e siècle. Cependant, l'inflation élevée qui persiste depuis 2010 touche durement les pauvres. Bien que des mesures correctrices aient été mises en place, le pays pourrait connaître un ralentissement économique.

Malgré ces difficultés considérables, l'Éthiopie a fait d'énormes progrès en matière de développement, surtout depuis la famine de 1984-1985, alors que le pays était au centre de l'attention mondiale. Des initiatives comme le Programme de protection des moyens de production, lancé par le gouvernement de l'Éthiopie en 2005 grâce au soutien des donateurs, portent sur l'insécurité alimentaire et d'autres enjeux de développement prioritaires en Éthiopie. Les taux de pauvreté ont chuté, et on considère que le pays est en bonne voie de réaliser six des huit Objectifs du Millénaire pour le développement.

Cette avancée repose sur la forte croissance économique enregistrée au cours des années précédentes, sur une série de bonnes récoltes et sur des investissements pilotés par le pays visant à augmenter la sécurité alimentaire et à étendre la prestation des services de base, entre autres en santé et en éducation. Ces progrès demeurent fragiles, car le pays reste hautement vulnérable aux chocs, et surtout aux phénomènes climatiques comme la sécheresse.

Afin de protéger les gains fragiles réalisés dans la dernière décennie et d'accroître la sécurité alimentaire pour sa population, l'Éthiopie doit continuer à investir dans des programmes nationaux qui visent à maintenir les réserves d'aliments des ménages et à renforcer la capacité de production.

Priorités

En 2009, dans le cadre du nouveau plan d'action pour accroître l'efficacité de l'aide du Canada, l'Éthiopie a été désignée comme l'un des pays ciblés. Le Canada est le troisème donateur bilatéral en importance en Éthiopie. Les programmes réalisés par la Canada en Éthiopie appuient la vision énoncée dans le Plan de croissance et de transformation du pays (en anglais). L'affectation budgétaire de l'Éthiopie destinée aux pauvres est la plus élevée en Afrique, et de nombreux indicateurs du développement humain ont montré des améliorations systématiques au cours des cinq dernières années.

Voici quelques-uns des besoins prioritaires de l'Éthiopie énoncés dans son plan national de développement :

  • Soutenir une croissance économique plus rapide et plus équitable.
  • Conserver l'agriculture comme principale source de croissance économique.
  • Créer des conditions favorables pour que l'industrie joue un rôle clé dans l'économie.
  • Améliorer l'évolution et la qualité du développement des infrastructures.
  • Améliorer l'évolution et la qualité du développement social.
  • Renforcer les capacités et la bonne gouvernance.
  • Promouvoir l'autonomisation des femmes et des jeunes ainsi que la répartition équitable des avantages.

Enfants et jeunes, y compris la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants

Le Canada s'emploie à protéger et à améliorer la vie des enfants et des jeunes de l'Éthiopie, qui comptent parmi les citoyens les plus vulnérables du pays. Pour ce faire, elle s'assure que les enfants et les jeunes qui vivent dans les régions rurales bénéficient d'interventions ayant d'importantes retombées sur leur santé.

Principaux résultats escomptés

  • Le taux de mortalité maternelle, de 720 décès pour 100 000 naissances vivantes en 2008, sera réduit.
  • Le taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans, de 88 décès pour 1 000 naissances vivantes en 2010, sera réduit.

Sécurité alimentaire

Le Canada s'emploie à soutenir les efforts déployés par l'Éthiopie pour parvenir à la sécurité alimentaire, une condition préalable à son développement durable. Le Canada continuera d'aider à remédier aux causes profondes de l'insécurité alimentaire chronique en Éthiopie et à protéger la population vulnérable. Pour y parvenir, elle misera sur des programmes de protection des moyens de production et sur l'accroissement de la productivité agricole et du revenu des agriculteurs, au moyen de techniques de production améliorées et d'approches axées sur le marché.

Principaux résultats escomptés

  • Les producteurs agricoles participeront au développement de la recherche axée sur la demande.
  • Les ménages (dont ceux dirigés par des femmes et des jeunes) adopteront des pratiques agricoles ou commerciales innovatrices.
  • On procédera à la construction d'ouvrages de conservation des sols et de l'eau.
  • L'état nutritionnel des enfants et des femmes enceintes et allaitantes sera amélioré.

Vers une aide plus efficace

L'aide publique au développement produit des résultats en Éthiopie, car le pays prend en charge les priorités et la planification en matière de développement, en plus d'affecter une portion impressionnante des ressources nationales aux programmes de lutte contre la pauvreté. Les donateurs répondent par des engagements croissants et de plus en plus harmonisés, ce qui contribue à réduire les coûts de transaction et à augmenter les retombées.

À l'heure actuelle, le principal défi quant à l'efficacité de l'aide est l'environnement difficile dans lequel évolue la société civile. Les donateurs continuent à travailler de concert pour faciliter le dialogue entre la société civile et tous les ordres de gouvernement.

Réalisations 2011-2012

Enfants et jeunes

  • A aidé à faire en sorte que 7,1 millions d'enfants reçoivent des vitamines et minéraux essentiels.
  • A augmenté de 55 % le taux de détection de la tuberculose et a traité avec succès 85 % de tous les cas signalés dans 314 villages éloignés en milieu rural dans 12 districts de la zone North Wollo.
  • A enseigné à plus de 20 000 travailleurs de la santé de première ligne comment traiter des maladies d'enfance entre 2007 et 2012.
  • A contribué à faire passer la proportion d'enfants vaccinés contre la diphtérie, la coqueluche et le tétanos à 88 % et contre la rubéole à 86 %.
  • A fait augmenter de 5 % le taux des naissances assistées par des agents de vulgarisation en santé, qui est passé à 34 %.
  • A distribué des moustiquaires de lit antipaludiques aux ménages habitant dans les régions particulièrement touchées par le paludisme, faisant en sorte que toute la population demeure protégée.

Sécurité alimentaire

  • A soutenu le Programme de protection des moyens de production, une initiative « vivres contre travail » qui a aidé à nourrir 7,6 millions de personnes, tout en examinant les causes sous jacentes de l'insécurité alimentaire au moyen d'activités, comme la construction de structures de conservation du sol et la plantation d'arbres. Ce programme, soutenu par le Canada et d'autres donateurs, a permis d'éviter que la sécheresse de 2011 en Afrique de l'Est ne devienne une crise en Éthiopie à l'échelle de celle vécue dans les pays voisins.
  • A formé 3 274 travailleurs de la santé qui ont contribué à l'amélioration de l'état de santé et nutritionnel des femmes enceintes et qui allaitent, et de 1,5 million d'enfants de moins de cinq ans.

Réalisations 2010-2011

Enfants et jeunes

  • A permis d'augmenter les taux de vaccination contre la diphtérie, la coqueluche et le tétanos pour atteindre 86 % de tous les enfants en 2010, en hausse comparativement à 82 % en 2009 et à 73 % en 2008.
  • A permis d'augmenter le taux de vaccination contre la rougeole, pour atteindre 82 % de tous les enfants, comparativement à 79 % en 2009.
  • A aidé à accroître le nombre d'accouchements assistés par du personnel de la santé à 25 %, comparativement à 16 % en 2008.
  • A contribué à l'achat et à la distribution de moustiquaires de lit antipaludiques à plus de 750 000 ménages, ce qui a permis de réduire de plus de 55 % le nombre de décès attribuables au paludisme.

Sécurité alimentaire

  • A aidé à fournir des vivres ou des transferts de fonds à plus de 7,8 millions de personnes qui souffraient d'insécurité alimentaire chronique dans 305 districts, afin de les aider à protéger leurs biens familiaux quand ils doivent composer avec des pénuries de nourriture.
  • A contribué à réduire la période annuelle où les ménages ne peuvent pas subvenir à leurs besoins alimentaires; cette période est passée de 3,6 mois en 2008 à 2,3 mois en 2010.
  • A contribué à la restauration de plus de 90 000 hectares de terres détériorées, au creusage de plus de 34 000 étangs pour l'irrigation des terres et l'approvisionnement en eau du bétail, et à la construction de plus de 4 000 km de routes rurales, améliorant ainsi l'accès des agriculteurs aux marchés et aux intrants agricoles.

Réalisations 2009-2010

Enfants et jeunes

  • A permis d'augmenter le taux de vaccination contre la diphtérie, la coqueluche et le tétanos chez les enfants; il est passé à 82 %, comparativement à 73 % en 2008.
  • A permis d'augmenter le taux de vaccination contre la rougeole chez les enfants; il est passé de 65 % en 2008, à 77 %.
  • A permis d'augmenter le pourcentage des naissances assistées par des agents de vulgarisation en santé (qui utilisent des trousses fournies en partie par le Canada). Il est passé de 16 % en 2008, à 25 %.
  • A permis de diminuer le nombre des décès dus au paludisme en Éthiopie de plus de 55 % depuis le début de la présente décennie.

Sécurité alimentaire

  • A permis de réduire de 2 % le nombre de personnes vulnérables à l'insécurité alimentaire, alors que le taux de malnutrition chez les enfants est en baisse de 1,5 % par année.
  • A permis de former 6 213 agriculteurs dans les domaines de la gestion intégrée des cultures, de l'agriculture biologique et de la commercialisation.
  • A aidé 45 agriculteurs à adopter des mesures de conservation de l'environnement, qui ont permis de protéger près de 75 % de leurs terres contre l'érosion.
  • A permis d'améliorer l'accès à l'eau potable pour 43 200 personnes.

Note : documents fournis dans un format de rechange

Si vous ne pouvez accéder aux documents fournis dans un format de rechange, veuillez visiter la page d'aide.