Gouvernement du Canada

Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada

www.international.gc.ca

Niger

Engagement du Canada

Le Niger est au deuxième rang des pays les plus pauvres du monde. En 2012, l'Indice du développement humain (IDH) du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) classait le Niger au 186e rang des 187 pays répertoriés. Près de 43 % des 15,9 millions de personnes qui vivent au Niger disposent de moins de 1,25 $ par jour. Seulement 46 % de la population du pays a accès à de l'eau potable et environ 6,5 % à l'électricité. De plus, en dépit des efforts déployés par le gouvernement, la mutilation génitale des femmes est encore pratiquée dans ce pays.

La pauvreté au Niger est exacerbée par une insécurité alimentaire chronique due aux pluies insuffisantes et irrégulières et à la faible diversification de l'économie. En 2010, le pays a traversé une grave crise alimentaire.

Depuis l'adoption récente d'un système démocratique et la mise en œuvre des réformes institutionnelles et politiques qui ont suivi, le Niger a connu une certaine stabilité politique. Le Niger a ratifié la Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948 et la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples. On a depuis assisté à l'éclosion d'une société civile touchant tous les aspects économiques, sociaux et culturels. En 2011, la tenue d'élections a permis de rétablir la démocratie qui avait été suspendue par un coup d'État en février 2010.

La relation du Canada avec le Niger remonte au début des années 1960. Le Canada a appuyé des projets visant à accroître la sécurité alimentaire, à améliorer l'éducation et à promouvoir l'égalité entre les femmes et les hommes.

Bien que le Canada ne dispose pas d’un important programme d’aide au développement international au Niger, ce pays demeure admissible à un soutien du MAECD par l’entremise des programmes suivants :

Réalisations 2010-2011

Aide humanitaire

  • A permis d'apporter une aide alimentaire à 7,8 millions de personnes, contribuant ainsi à atténuer la crise alimentaire de 2010.
  • A permis de traiter plus de 39 000 personnes souffrant de malnutrition aigüe lors de la crise alimentaire de 2010 dans les régions lourdement touchées de Zinder, de Magaria et de Mirriah.

Sécurité alimentaire

  • A aidé à la construction de 60 nouvelles banques céréalières à Tahoua et à Keita et a formé les membres des collectivités locales (particulièrement les femmes) pour qu'ils puissent gérer celles-ci de façon efficace (et 25 autres banques déjà existantes).
  • Durant la grave crise alimentaire de 2010, l'aide du Canada a permis à plus de 14 700 familles d'acheter 1 000 tonnes de grains à prix réduit et a contribué à la création d'emplois temporaires dans cinq communes en vue d'accroître de façon significative le revenu des familles vulnérables.

Égalité entres les femmes et les hommes

  • A permis de sensibiliser plus de 50 500 femmes et 32 000 hommes aux enjeux liés à l'élargissement de la participation et du leadership des femmes dans quatre départements de la région de Dosso.
  • A contribué à renforcer les capacités de leadership de plus de 400 femmes susceptibles de jouer un rôle de leader.
  • A permis de donner à plus de 20 gestionnaires du ministère de la Promotion de la femme et de la Protection de l'enfant une formation sur l'utilisation d'outils analytiques et conceptuels dans le cadre d'approches sexospécifiques.