Gouvernement du Canada

Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada

www.international.gc.ca

Vers la malnutrition zéro en Bolivie

En Bolivie, un enfant sur trois souffre de malnutrition, soit d'une alimentation insuffisante en nutriments essentiels.

La région de Riberalta, dans le département de Beni, ne fait pas exception à ce problème. Bien que la plupart des familles de la région, à majorité autochtone, y aient migré pour accéder à de meilleures sources de revenus, elles vivent dans la pauvreté et leurs connaissances sur la nutrition sont limitées.

« La malnutrition est le principal problème de santé des enfants de moins de cinq ans, et il est encore plus fréquent chez ceux de moins de deux ans », indique Yolanda Cortez, infirmière en chef du Centre de santé San Andres à Riberalta. « Les bébés ont un poids normal jusqu'à l'âge de six mois, pendant l'allaitement, mais c'est quand les aliments solides doivent être ajoutés à leur diète que les problèmes de poids et de taille commencent. »

Des services de nutrition complets pour les familles

Une infirmière et deux femmes discutent debout dans une pièce, l'une d'elles tenant un bébé dans ses bras. © UNICEF/Delina Garzòn
Yolanda Cortez (à gauche) dirige l'unité locale de la nutrition au Centre infirmier de santé San Andres à Riberalta. Elle et son équipe de travailleurs formés en santé communautaire visitent régulièrement des familles pauvres pour évaluer leurs habitudes alimentaires et leur donner des conseils sur la façon d'améliorer le régime alimentaire des enfants.

Yolanda Cortez gère l'une des unités de nutrition intégrées (UNI) mises sur pied dans le cadre du programme Malnutrition zéro chapeauté par le ministère bolivien de la Santé et des Sports et appuyé par l'ACDI. Ce programme vise à réduire la malnutrition en éduquant les citoyens sur la nutrition — y compris sur les nutriments essentiels et les méthodes appropriées de préparation des aliments et d'hygiène — et en distribuant des suppléments alimentaires.

Les UNI sont des équipes de professionnels de la santé comme celle de Mme Cortez, qui accueillent les familles pour les éduquer en matière de nutrition et pour assurer le suivi des enfants. Le personnel des UNI reçoit une formation sur les saines habitudes alimentaires, sur l'allaitement, sur l'usage approprié des compléments alimentaires, et sur le dépistage et le traitement de la malnutrition.

Une mère est assise avec son enfant sur une jambe. © UNICEF/Delina Garzòn
Angelina, la fille de Dirce Molina, était sous-alimentée jusqu'au jour où l'équipe de Mme Cortez a donné à Mme Molina l'information et les outils lui permettant de mieux nourrir son enfant.

« Les enfants qui viennent au Centre sont examinés à tous les mois. Lorsqu'un cas de malnutrition est décelé, l'enfant reçoit un traitement adéquat, et sa mère est conviée à assister aux causeries hebdomadaires du Centre sur la nutrition, où des conseils sont donnés sur la préparation d'aliments nutritifs, l'utilisation d'ingrédients disponibles dans la collectivité et la conservation des aliments », ajoute-t-elle.

Plusieurs sujets sont abordés lors de ces causeries auxquelles participent des mères et des infirmières.

« Aujourd'hui, nous parlerons de compléments alimentaires pour les bébés. Nous discuterons des quantités nécessaires d'aliments en purée et de l'utilisation de Nutri-bébé, une marque de céréales pour nourrissons enrichies de vitamines et de minéraux. Nous encouragerons les mamans à utiliser les aliments qui sont disponibles dans notre région, comme la pomme de terre, la banane, le taro et la citrouille. Je leur propose d'ajouter aux collations Chispitas, un excellent supplément de fer et de vitamines produit en Bolivie et fourni par le Centre », explique Mme Cortez.

« Mes principaux alliés dans l'éradication de la malnutrition sont les travailleurs de la santé communautaire qui visitent les familles », dit-elle. Lors de leurs visites à domicile, ces agents suivent l'évolution des enfants, déterminent le genre d'aliments dont disposent les familles et leur fournissent des conseils et du soutien.

L'amélioration durable de l'état nutritionnel des familles est un processus à long terme, qui doit préconiser l'utilisation d'aliments disponibles localement et répartis équitablement entre les membres d'une collectivité, femmes et hommes.

De plus en plus d'enfants sauvés, partout en Bolivie

La lutte contre la malnutrition fait partie des moyens par lesquels l'ACDI contribue à réduire la mortalité des enfants en Bolivie.

En 2010-2011, avec l'aide de l'ACDI :

  • le nombre de décès causés par la dénutrition chez les enfants de moins de cinq ans à l'échelle du pays s'est réduit de 53 % (passant de 749 cas en 2008 à 350 cas en 2010);
  • le nombre d'enfants ayant reçu des suppléments de micronutriments a augmenté de 33 % (passant de 145 000 en 2009 à 192 000 en 2010);
  • le pourcentage des enfants de 6 mois à deux ans recevant des suppléments de fer est passé de 52 % en 2009 à 91 % en 2010, ce qui est essentiel pour prévenir des déficiences intellectuelles;
  • une formation a été offerte à 550 travailleurs de la santé au niveau communautaire dans trois régions ciblées.

Ces progrès réalisés grâce à la contribution de l'ACDI participent, à l'échelle mondiale, à l'atteinte de deux Objectifs du Millénaire pour le développement : réduire l'extrême pauvreté et la faim (OMD 1) et réduire la mortalité infantile (OMD 4).

Pour obtenir de plus amples renseignements, consulter le Profil de projet pour Appui au programme Malnutrition zéro.