Gouvernement du Canada

Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada

www.international.gc.ca

Promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes (OMD 3)

Cible

  • Éliminer les disparités entre les sexes dans les enseignements primaire et secondaire d'ici 2005, si possible, et à tous les niveaux de l'enseignement en 2015 au plus tard.

Aperçu

L’Objectif du Millénaire (OMD) 3, qui consiste à promouvoir l'égalité entre les sexes et l'autonomisation des femmes, est le seul OMD pour le développement considéré comme objectif en soi et jugé indispensable à la réalisation de tous les autres. Par exemple, une mère éduquée peut favoriser l'accès à l'éducation de son enfant. De même, si on améliore l’accès des femmes au crédit et aux services financiers ainsi que leurs droits de succession et de propriété foncière, on peut stimuler le potentiel non exploité des entrepreneures.

Les progrès se font attendre à l'échelle mondiale pour ce qui est de l'OMD 3. Bien que l'on s'approche de la parité entre les sexes à l'école primaire dans le monde entier, certaines régions en développement accusent toujours de grandes disparités dans l'enseignement secondaire et postsecondaire. Il est encore possible d’éliminer, d’ici 2015, les écarts entre les femmes et les hommes à tous les niveaux d'enseignement, mais les autres indicateurs pour l'OMD 3 donnent à penser que les progrès sont lents. Par exemple, la représentation des femmes dans les parlements nationaux atteignait en moyenne 20,4 % en janvier 2012, et cette proportion continue d'augmenter lentement. Cependant, dans un tiers des pays en développement, le nombre de femmes siégeant au Parlement est toujours inférieur à 10 %, et parfois il est nul.

Contribution du Canada

Les organismes internationaux et les pays partenaires considèrent que le Canada a toujours été un chef de file mondial dans le domaine de l'égalité entre les femmes et les hommes. Cela s'explique en partie par les efforts soutenus, l'engagement et l'innovation du Canada dans ce domaine. L'enjeu de l'égalité entre hommes et femmes est d’ailleurs intégré dans tous les programmes canadiens de développement international.

Les interventions dans ce domaine sont fondées sur une politique en matière d'égalité entre les sexes qui favorise la participation des femmes au développement durable de leur société. En 2010, grâce à son expertise en matière d’égalité entre les sexes, le Canada a contribué à la création d’un nouvel organisme, ONU Femmes (l’Entité des Nations Unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes). Un an plus tard, l'ancienne Agence canadienne de développement international et ONU Femmes étaient les hôtes de la Conférence sur l'autonomisation économique des femmes, à Ottawa, qui visait à formuler des recommandations quant aux mesures à prendre pour offrir aux femmes davantage de débouchés économiques. Depuis 2010, le Canada a versé 10 millions de dollars par année à l'appui de cette institution.

Contributions du Canada et de ses partenaires

Une femme hindoue signe un document. © ACDI-CIDA/Stephanie Colvey

Participation accrue des femmes aux décisions d’ordre économique : En 2010-2011, l’aide du Canada a permis aux Boliviennes de bénéficier de plus de possibilités d'emplois grâce à un accès à de la formation, à des services de soutien et à des activités génératrices de revenus, dont un meilleur accès aux marchés, à la propriété, au crédit et à la technologie. Près de 1 400 femmes qui occupent des postes dans la fonction publique et 3 000 femmes d’organisations de la société civile ont suivi des cours de leadership, de gestion et de prise de décision; elles sont désormais mieux préparées à s’acquitter de leurs fonctions ou à cheminer dans leur carrière.

Plus d'égalité dans le secteur de l'éducation : En 2009-2010, grâce à un projet financé par le Canada, 6,2 millions de jeunes Afghans (dont un tiers de filles) étaient inscrits à l'école. En 2001, seulement 700 000 enfants afghans – dont aucune fille – fréquentaient l'école. En date de mai 2012, plus de 6 000 enseignants et éducateurs avaient suivi une formation leur apprenant à offrir des chances égales aux filles et aux garçons à l'école. En outre, plus de 8 000 mères et jeunes femmes ont participé à des cours d’alphabétisation et d’éducation parentale.

Défense des droits fondamentaux des femmes et des filles : En Haïti, le Canada soutient des organisations et des institutions haïtiennes qui protègent, défendent et font connaître les droits fondamentaux des femmes et des filles. Il cherche aussi à prévenir la violence faite aux femmes. Entre 2006 et 2011, le Canada a contribué à améliorer la primauté du droit dans trois sphères de compétence en participant à un projet pilote. Dans le cadre de ce projet, 200 magistrats, procureurs, policiers et avocats ont reçu une formation portant sur la délinquance juvénile et la gestion des cas d'agression sexuelle. Par la suite, le taux d’incarcération chez les jeunes a diminué de 74 % à Jacmel et de 67 % à Port-de-Paix.