Gouvernement du Canada

Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada

www.international.gc.ca

La ministre Oda annonce la réponse du Canada à la crise humanitaire en Afrique de l’Est

Le 22 juillet 2011

Dadaab, Kenya — L'honorable Beverley J. Oda, ministre de la Coopération internationale, a annoncé aujourd'hui que le Canada viendrait en aide aux victimes de la grave sécheresse qui touche maintenant quelque 11  millions de personnes en Afrique de l'Est. Le Canada accroîtra son soutien financier et mettra sur pied le Fonds d'aide aux victimes de la sécheresse en Afrique de l'Est.

« Aujourd'hui, j'ai vu une véritable crise humanitaire à Dadaab. Les histoires faisant état de la lutte des femmes et des enfants pour atteindre le camp sont incroyables, a dit la ministre Oda. Notre volonté d'aider doit être à la hauteur de leur persévérance et de leur courage. Le Canada demeure profondément préoccupé par cette crise humanitaire. Notre engagement d'aujourd'hui apportera des secours aux personnes touchées, particulièrement aux femmes et aux enfants qui sont les plus vulnérables. »

Le gouvernement du Canada réagit à cette crise en augmentant son soutien financier aux organisations humanitaires dans la région et en établissant le Fonds d'aide aux victimes de la sécheresse en Afrique de l'Est, en reconnaissance de la compassion et de la générosité des particuliers canadiens.

« Le Canada a un long passé de générosité et de volonté d'aider les personnes dans le besoin. Notre gouvernement prête son soutien à l'Afrique depuis longtemps, a continué la ministre Oda. En réponse à cette crise, je suis fière d'annoncer que le gouvernement canadien met sur pied le Fonds d'aide aux victimes de la sécheresse en Afrique de l'Est, qui servira à aider ceux qui sont touchés par la sécheresse. »

Le Canada, par l'entremise de l'Agence canadienne de développement international (ACDI), accroît aujourd'hui sa contribution financière de 50 millions de dollars. Ce montant s'ajoute aux 22,35 millions de dollars que l'ACDI avait déjà décaissés cette année pour livrer de l'aide humanitaire dans la région.

Sur une période de 10 semaines (rétroactive au 6 juillet 2011 et se terminant le 16 septembre 2011), pour chaque dollar versé en don par un particulier canadien à un organisme de bienfaisance canadien enregistré qui participe aux secours en Afrique de l'Est, le gouvernement du Canada versera un montant équivalent au Fonds d'aide aux victimes de la sécheresse en Afrique de l'Est. Le don doit respecter les conditions émises par l'ACDI. Le gouvernement canadien administrera le Fonds séparément et versera les fonds aux organisations qui sont les plus aptes à améliorer véritablement le sort des personnes touchées par cette sécheresse.

L'absence de pluies véritables depuis deux ans dans la région a entraîné de mauvaises récoltes, la mort d'animaux d'élevage et une malnutrition aiguë dans la population, provoquant ainsi la migration de centaines de milliers de personnes. Cette situation a mené à une crise humanitaire, qui, selon de nombreux experts, pourrait durer jusqu'à l'année prochaine. Les Nations Unies ont haussé le niveau d'urgence humanitaire dans certaines régions de la Somalie et reconnu officiellement qu'il s'agissait d'une famine.

La ministre Oda a visité les camps de réfugiés de Dadaab au Kenya, les plus grands camps de la région, pour voir d'elle-même la crise humanitaire et constater le travail et les besoins des partenaires humanitaires sur le terrain.

Le Programme alimentaire mondial (PAM) recevra 25 millions de dollars en nouveaux fonds qui permettront de fournir une aide alimentaire aux personnes qui en ont le plus besoin. Le Canada versera également 25 millions de dollars à d'autres organismes de l'ONU et à diverses organisations non gouvernementales pour répondre aux besoins liés à la nutrition, à l'eau et à l'assainissement, et fournir une aide non alimentaire.

Pour plus de renseignements sur la réponse du Canada à la suite de la sécheresse en Afrique de l'Est, et pour d'autres détails sur le Fonds d'aide aux victimes de la sécheresse en Afrique de l'Est, veuillez consulter le site Web de l'ACDI

- 30 -

Renseignements :

Justin Broekema
Attaché de presse de la ministre de la Coopération internationale
Téléphone : 819-953-6238
Courriel : justin.broekema@acdi-cida.gc.ca

Bureau des relations avec les médias
Agence canadienne de développement international (ACDI)
Téléphone : 819-953-6534
Courriel : media@acdi-cida.gc.ca


Fiche d'information

La ministre Oda annonce la réponse du Canada à la crise humanitaire en Afrique de l'Est


Le gouvernement du Canada a annoncé, par l'entremise de l'ACDI, qu'il entendait intensifier son soutien aux secours déployés pour venir en aide aux populations victimes de la sécheresse en Afrique de l'Est. L'annonce d'aujourd'hui décrit sommairement l'appui financier accru du Canada aux principales organisations humanitaires et la création du Fonds d'aide aux victimes de la sécheresse en Afrique de l'Est en raison de la compassion et de la générosité des Canadiens.

Les saisons sèches successives — combinées à la flambée des prix des aliments, aux conflits et à la difficulté à rejoindre les populations dans le besoin — ont plongé des millions de personnes en Afrique de l'Est dans une crise humanitaire.

Le gouvernement du Canada, par l'intermédiaire de l'ACDI, a annoncé qu'il consacrerait 50 millions de dollars pour appuyer les efforts de secours aux personnes touchées par la sécheresse en Afrique de l'Est. Cette somme s'ajoute aux 22,35  millions de dollars déjà affectés à l'aide humanitaire à Djibouti, à l'Éthiopie, au Kenya et à la Somalie.

Le financement annoncé aujourd'hui contribuera à assurer la prestation d'une aide humanitaire (ravitaillement d'urgence, soutien nutritionnel, eau et assainissement, abris, etc.) aux populations touchées par la sécheresse.

Les fonds seront utilisés pour apporter :
  • une aide alimentaire d'urgence en Afrique de l'Est, par l'entremise du Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations Unies;
  • une aide non alimentaire humanitaire et ciblée (nutrition, eau et assainissement, protection, coordination, logistique, sécurité des travailleurs humanitaires, etc.) au profit des populations touchées par la sécheresse, par l'intermédiaire de partenaires comme des organismes des Nations Unies et des organisations non gouvernementales;
  • un soutien opérationnel aux camps de réfugiés en Éthiopie et au Kenya, pour répondre aux besoins de base des réfugiés somaliens.

Fonds d'aide aux victimes de la sécheresse en Afrique de l'Est

Grâce au Fonds d'aide aux victimes de la sécheresse en Afrique de l'Est, le gouvernement du Canada sera en mesure d'égaler la générosité des Canadiens.

Pour chaque dollar versé par les Canadiens à un organisme de bienfaisance canadien enregistré venant en aide aux victimes de la sécheresse en Afrique de l'Est, entre le 6 juillet et le 16 septembre 2011, le gouvernement du Canada versera un dollar au Fonds d'aide aux victimes de la sécheresse en Afrique de l'Est.

Le Fonds permettra de fournir une aide financière efficace et responsable aux organisations humanitaires canadiennes et internationales d'expérience qui œuvrent dans les régions touchées de l'Afrique de l'Est. L'ACDI versera ces fonds à des organisations humanitaires canadiennes et internationales reconnues, afin d'offrir un soutien efficace et en temps opportun.

Critères relatifs aux dons et aux collectes de fonds :
  • Pour chaque dollar versé par les Canadiens à un organisme de bienfaisance canadien enregistré venant en aide aux victimes de la sécheresse en Afrique de l'Est, le gouvernement du Canada versera un dollar au Fonds d'aide aux victimes de la sécheresse en Afrique de l'Est.
  • Aucun plafond n'a été établi quant au montant que peut verser le gouvernement du Canada à ce Fonds.
  • Pour être comptabilisés au Fonds d'aide, les dons doivent respecter certaines conditions, qui se trouvent sur le site Web de l'ACDI.
  • Les dons doivent être faits d'ici le 16 septembre 2011 afin que la contribution de l'ACDI au Fonds d'aide puisse être mobilisée rapidement pour répondre aux besoins immédiats des populations touchées en Afrique de l'Est.
  • Les organismes de bienfaisance canadiens enregistrés qui recueillent des dons admissibles au Fonds d'aide aux victimes de la sécheresse en Afrique de l'Est ne recevront pas un montant équivalent du gouvernement du Canada. Pour chaque dollar admissible recueilli, le gouvernement du Canada versera un dollar au Fonds d'aide aux victimes de la sécheresse en Afrique de l'Est, qui sera géré séparément par l'ACDI.

Résultats obtenus avec les 22,35 millions de dollars versés par l'ACDI au titre de l'aide humanitaire

Le financement annoncé aujourd'hui prendra appui sur les résultats obtenus grâce à la contribution du Canada aux efforts déployés par la communauté internationale pour lutter contre les effets de la sécheresse en Afrique de l'Est.

Depuis le début de 2011, l'ACDI a consacré 22,35 millions de dollars aux secours humanitaires en Afrique de l'Est. Cette somme représente une partie de sa réponse aux appels annuels lancés par les Nations Unies et d'autres organismes et des sommes habituellement affectées à l'aide alimentaire.

Pays bénéficiaire

Aide alimentaire ($CAN)

Aide non alimentaire ($CAN)

Total ($CAN)

Djibouti

1 500 000

0

1 500 000

Éthiopie

3 000 000

2 000 000

5 000 000

Kenya

6 100 000

3 000 000

9 100 000

Somalie

2 000 000

4 750 000

6 750 000

Total

12 600 000

9 750 000

22 350 000

  • Grâce à l'aide du Canada et au soutien d'autres donateurs, le PAM vient en aide à 6,4  millions de personnes (au Kenya, en Somalie, en Éthiopie et à Djibouti) touchées par la sécheresse, y compris près de 650 000 réfugiés au Kenya et en Éthiopie.
  • Le PAM a passé les six derniers mois à se préparer pour le présent cycle de sécheresse et a intensifié ses efforts. Avec le soutien de l'ACDI à son Compte d'intervention immédiate (10 millions de dollars en 2010-2011) et à sa Facilité d'achat à terme (10 millions de dollars en 2010-2011), le PAM a été en mesure de stocker au printemps dernier 400 tonnes métriques de nourriture dans la région de la Corne de l'Afrique. Le directeur général du PAM a remercié les donateurs comme le Canada pour le soutien apporté en préparation à cette situation d'urgence, et ce, dès que l'organisme de l'ONU a été informé du problème, en février dernier. (Source : Programme Alimentaire Mondial)
  • L'appui du Canada au Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (2,3 millions de dollars) a permis d'offrir des services continus (soutien médical, eau et assainissement, abris) à plus de 300 000 réfugiés somaliens qui résidaient à Dadaab, au Kenya, au début de 2011 et aux dizaines de milliers d'autres qui sont arrivés depuis janvier.
  • Le soutien du Canada aux opérations d'Oxfam en Somalie (totalisant 3,15 millions de dollars) a contribué à offrir des services d'eau et d'assainissement salutaires à plus de 400 000 personnes déplacées vivant dans le corridor d'Afgooye, à l'extérieur de Mogadiscio.
  • Le soutien du Canada aux opérations de Vision Mondiale dans le Puntland (1,2 million de dollars dans le centre-nord de la Somalie) contribue à offrir des services d'eau et d'assainissement et un soutien médical à quelque 145 000 personnes déplacées qui ont fui l'insécurité du sud du pays.
  • Le soutien du Canada (400 000 dollars) aux Services aériens d'aide humanitaire des Nations Unies en Somalie contribue à donner aux travailleurs humanitaires un accès sécuritaire et fiable aux populations bénéficiaires.
  • Le soutien du Canada à Oxfam Canada (1 million de dollars) contribue à donner un accès à de l'eau salubre et à des services d'assainissement à près de 14 000 ménages touchés par la sécheresse dans la région somalienne de l'Éthiopie.
  • Le soutien du Canada à Médecins sans frontières (1 million de dollars) dans la région d'Ogaden, en Éthiopie, permet d'offrir un soutien médical à 600 000 personnes touchées par la sécheresse et les conflits qui vivent dans la zone du projet.
  • Le soutien du Canada (700 000 dollars) à Oxfam Canada au Kenya contribue à donner un accès à des services d'eau et d'assainissement aux collectivités kenyanes (10 000 ménages) touchées par la sécheresse qui subissent les répercussions environnementales de l'arrivée massive de réfugiés somaliens.