Gouvernement du Canada

Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada

www.international.gc.ca

Enseigner aux enseignants au Mozambique

Adultes et enfants dans un champ

Ce projet n'est qu'un de ceux que l'ACDI soutient dans le cadre d'une action de grande envergure visant à améliorer l'enseignement primaire au Mozambique. L'ACDI fournit une aide directe au Fonds commun pour le secteur de l'éducation du Mozambique, qui améliore l'accès aux études et la qualité de l'enseignement dans tout le pays. De même, l'ACDI joue un rôle important pour ce qui est de fournir aux étudiants et aux enseignants des livres scolaires, des cahiers d'exercices et des manuels d'enseignement de qualité basés sur le nouveau programme d'enseignement mis sur pied par le ministère de la Culture et de l'Éducation avec le soutien du Canada.

C'est ainsi que cette action et celle des autres donateurs ont fait grimper le taux d'inscription à l'école primaire au Mozambique de 57 % en 2002 à un taux sans précédent de 80 % en 2008.

Dans le Nord du Mozambique, plus de 10 000 élèves des provinces isolées de Cabo Delgado et de Niassa — deux des régions les plus défavorisées d'un des pays les plus pauvres d'Afrique — sont retournés à l'école. Ces élèves ne sont pas des enfants : ce sont plutôt des enseignants, des bibliothécaires de bibliothèques scolaires et des directeurs.

Grâce à un projet financé par l'Agence canadienne de développement international et mis en oeuvre par Progresso (une organisation non gouvernementale (ONG) mozambicaine) avec l'appui de Organisation canadienne pour l'éducation au service du développement (CODE), qui est une ONG canadienne, les professionnels de l'enseignement reçoivent une formation visant à perfectionner leurs compétences afin qu'ils puissent à leur tour mieux aider les enfants à lire et à écrire.


« Pour un particulier, un ménage et une collectivité, les avantages tirés de l'alphabétisation de base sont énormes, » déclare Sean Maddox, de CODE. « Quand les enfants apprennent à lire et à écrire, leur confiance en eux et leur estime d'eux-même s'accroissent considérablement. Ainsi, il est plus probable qu'à l'âge adulte, ils participent au processus de décision communautaire. Ils pourront peut-être créer des entreprises et être plus enclins, à titre de parents, à envoyer leurs enfants à l'école et à les soutenir dans cette voie. »

Les enseignants ne font pas qu'améliorer leurs compétences en langue portugaise, mais ils les améliorent aussi en l'une des cinq langues locales. Voilà qui est important, car au Mozambique, 94 % des gens parlent une langue maternelle appartenant à la grande famille des langues bantoues. Bien peu d'enfants apprennent le portugais avant de commencer l'école, et avant la mise en oeuvre de ce programme, bien peu d'enseignants possédaient les compétences pour enseigner une langue seconde. En 2003, seulement six écoles offraient des cours en deux langues; depuis, leur nombre a grimpé en flèche, si bien qu'en 2009 il atteignait 73.

Entre 2001 et 2009 :

  • 10 500 enseignants et agents de l'éducation du primaire ont amélioré leur capacité de lire et d'écrire;
  • 2 120 enseignants et agents de l'éducation ont reçu une formation en linguistique, en grammaire et en méthodes d'enseignement ayant trait à l'une des cinq langues locales;
  • environ 1 000 000 de livres pour enfants et de documents de référence ont été fournis à toutes les bibliothèques d'écoles de Niassa et de Cabo Delgado.

Le succès du programme de Progresso et de CODE est contagieux. Certaines méthodes d'enseignement présentées par Progresso ont été intégrées au nouveau programme d'enseignement national du Mozambique. Le ministère mozambicain de l'Éducation encourage d'autres provinces à étudier et à adopter les modèles de formation mis au point par Progresso. En septembre 2005, l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) a décerné le Prix d'alphabétisation Association internationale pour la lecture à Progresso pour leur travail dans le secteur du développement communautaire au Mozambique. Plus récemment, le gouvernement du Mozambique s'est chargé d'imprimer des manuels scolaires en langues locales, et il utilise maintenant le matériel produit dans le cadre de ce projet pour cinq des seize langues locales.

L'amélioration de l'accès aux études et de la qualité de l'enseignement sont toutes deux inscrites dans le thème prioritaire de l'ACDI qui consiste à assurer l'avenir des enfants et des jeunes. Ils contribuent par ailleurs à la réalisation du deuxième Objectif du Millénaire pour le développement — assurer l'éducation primaire pour tous.

Garder les jeunes filles à l'école

Mme Cosme © CODE

Joaquine Joao Cosme est la directrice pédagogique de l'École primaire de Namaua. Elle a toujours su, dit-elle, qu'elle terminerait un jour ses études. Son père et sa mère l'ont encouragée à s'inscrire, même s'il n'y avait que son père qui sache lire. Après avoir terminé sa septième année de scolarité, elle a fréquenté pendant trois ans un institut de formation pour enseignants et obtenu son diplôme d'enseignante. Aujourd'hui, elle constate que plusieurs jeunes filles ne bénéficient pas d'un tel soutien. Elle a donc entrepris, en plus de s'acquitter de ses tâches régulières, d'aider ces jeunes filles à demeurer à l'école. Lorsqu'elle apprend qu'une jeune fille décroche, elle invite ses parents à venir la rencontrer à l'école. S'ils ne se présentent pas, elle les visite à la maison pour tenter de les convaincre d'aider leur fille à retourner à l'école. Elle comprend les défis que doivent affronter les jeunes filles qui se marient et qui deviennent enceintes à treize ou quatorze ans, mais elle croit que les familles et la collectivité peuvent et doivent les aider à terminer leur scolarité.

D'après un récit de Catherine Macnab, CODE.