Gouvernement du Canada

Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada

www.international.gc.ca

Le gouvernement du Canada souligne la Journée internationale des coopératives en aidant les agriculteurs éthiopiens à accéder à des services commerciaux et à des intrants agricoles

Le 6 juillet 2013

TORONTO — La Journée internationale des coopératives a pour but de mettre en relief et de réaffirmer la contribution des coopératives. Pour le Canada, les coopératives constituent une priorité parce que les économies dynamiques qui croissent créent partout davantage de débouchés. À l’occasion de cette journée, l’honorable Julian Fantino, ministre du Développement international, a fait l’annonce d’un nouveau projet qui aidera les petits exploitants agricoles de l’Éthiopie à explorer de nouvelles avenues et à développer leur potentiel en gagnant un revenu et, ainsi, à améliorer leur qualité de vie.

« Le Canada est conscient du fait que les petits exploitants agricoles sont l’assise de l’économie dans bien des pays en développement, a déclaré le ministre Fantino. C’est pourquoi nous offrons un soutien technique et de la formation aux coopératives afin qu’elles puissent, de leur côté, offrir en Éthiopie des services répondant mieux aux besoins des entreprises, tout en étant sensibles à la spécificité des sexes. Grâce à ce projet, jusqu’à 1,7 million de petits exploitants agricoles, tant des femmes que des hommes, seront en mesure de gagner un meilleur revenu et de nourrir convenablement leur famille toute l’année durant. »

En Éthiopie, les petits agriculteurs ont du mal à avoir accès aux outils nécessaires à la production et aux marchés sur lesquels ils pourraient vendre leurs récoltes. Ils doivent pouvoir compter sur un réseau bien établi de coopératives agricoles qui leur permet de travailler de concert à des réalisations qui seraient hors de portée si chacun agissait isolément. À titre d’exemple, les coopératives dans ce pays fournissent souvent du matériel et des services essentiels auxquels leurs membres n’auraient pas accès autrement. Pensons aux liens avec les marchés, aux sacs pour l’entreposage des céréales et à des services comme la mouture du blé qui ajoutent à la valeur des produits bruts des agriculteurs.

Le Projet de mobilisation du secteur privé à l’appui des petits exploitants agricoles de l’Éthiopie, mis en œuvre en partie par l’Association des coopératives du Canada, rapprochera les petits agriculteurs des marchés éthiopiens. Il permettra en outre d’accroître le nombre d’entreprises privées qui fournissent des intrants agricoles aux petits agriculteurs, comme des engrais, et qui achètent leurs récoltes.

Les coopératives procurent 100 millions d’emplois dans le monde, soit 20 % de plus que les entreprises multinationales, estime-t-on. Elles soutiennent aussi la croissance des marchés en offrant des biens et des services que le secteur privé ou les gouvernements ne sont pas toujours en mesure de fournir. Le gouvernement du Canada a déjà travaillé avec d’autres coopératives en vue d’aider des collectivités locales dans bien des régions du monde, et cela a notamment contribué à ce qui suit :

  • Achat de matériel de micro-irrigation par plus de 650 petits agriculteurs du district éthiopien de Bacho. Ces agriculteurs ont ainsi pu hausser la valeur de leur production de 35 % et leur revenu brut moyen de 39 %.
  • Depuis 1996, le Canada a contribué à l’établissement de douze centres financiers pour les entrepreneurs, lesquels offrent des services financiers aux petites et moyennes entreprises en Zambie, en Ouganda, en Tanzanie, au Burkina Faso et au Panama. Aujourd’hui, ces centres servent plus de 75 000 petites et moyennes entreprises qui comptent des femmes parmi leurs clients, leurs employés et leurs gestionnaires.
  • Pendant plus de deux décennies, dans les pays de l’Afrique centrale et de l’Ouest, le Canada a aidé les coopératives d’exploitation du cacao et du café à mettre en place de meilleures pratiques et à devenir plus viables sur le plan commercial. Après 23 années de collaboration, les agriculteurs ont amélioré la qualité de leurs produits, sont mieux renseignés sur les marchés et reçoivent une meilleure formation.
  • Mise sur pied de plus de 200 coopératives de crédit viables et amélioration de l’accès à des services financiers au profit de 380 000 femmes et de 432 000 hommes.
  • Amélioration de la qualité des produits à base de cacao et offre d’un soutien aux producteurs pour qu’ils obtiennent la certification équitable en Afrique de l’Ouest (Cameroun, Côte d’Ivoire, Libéria et Nigéria). Les producteurs de cacao ont ainsi pu tisser des liens avec des entreprises d’exportation et consolider des partenariats commerciaux.

— 30 —

Pour de plus amples renseignements, les représentants des médias sont priés de communiquer avec :

Daniel Bezalel Richardsen
Attaché de presse du ministre du Développement international
Téléphone : 819-953-6238
Courriel : danielbezalel.richardsen@international.gc.ca

Bureau des relations avec les médias
Ministère des Affaires étrangères, du Commerce et du Développement (MAECD)
Téléphone : 819-953-6534
Courriel : media@international.gc.ca
Suivez-nous sur Twitter : @MAECDCanada

Fiche d'information

Le Canada appuie les petits exploitants agricoles en Éthiopie

Le Projet de mobilisation du secteur privé à l’appui des petits exploitants agricoles de l’Éthiopie (10 millions de dollars échelonnés sur quatre ans) sera mis en œuvre par l’Agence de la transformation de l’agriculture de l’Éthiopie, l’Association des coopératives du Canada, le Programme des Nations Unies pour le développement, de même que des partenaires locaux.

Agence de la transformation de l’agriculture

En 2010, le gouvernement de l’Éthiopie a établi l’Agence de la transformation de l’agriculture, laquelle a pour mandat de collaborer avec des partenaires gouvernementaux, non gouvernementaux et du secteur privé, en vue d’enrayer les goulots d’étranglement systémiques dans le secteur de l’agriculture. S’appuyant sur l’expérience à l’échelle internationale et sur sa connaissance du contexte éthiopien, l’Agence repère et analyse les goulots d’étranglement, puis elle conçoit et met à l’essai des solutions qu’elle soumet au ministère de l’Agriculture, lequel les diffusera. La structure de l’Agence est inspirée de celle d’organismes semblables du secteur public que l’on retrouve par exemple en Corée du Sud et en Malaisie, lesquels ont été des fers de lance de la croissance économique rapide de ces pays. L’Agence a déjà connu des succès dignes de mention, entre autres la diffusion à grande échelle de nouvelles techniques qui accroissent considérablement la production de tef, l’une des céréales les plus importantes en Éthiopie. Le Projet de mobilisation du secteur privé à l’appui des petits exploitants agricoles de l’Éthiopie viendra soutenir le travail accompli à cet égard.