Gouvernement du Canada

Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada

www.international.gc.ca

La production maraîchère au Sénégal : un moyen de garantir un avenir sûr

Fermiers dans un champ. @Jean-Philipe Bourgeois
Grâce aux revenus qu'elle tire de la vente de ses pommes de terre et d'autres produits, Fatou peut non seulement subvenir aux besoins alimentaires de sa famille, mais utiliser ses économies pour diversifier ses activités génératrices de revenus.

Fille d'un superviseur d'usine de fertilisant et aînée d'une famille nombreuse dont elle assure le soutien financier depuis une trentaine d'années, madame Ndèye Fatou Ndao est maraîchère. Son époux ayant été déclaré inapte au travail, elle doit aussi assumer, depuis près de 20 ans, la charge financière de ses quatre enfants.

Fatou connaît bien l'aide canadienne au développement international. En 1990, son regroupement de femmes, Takku Liguey, est devenu membre de l'Union des groupements des producteurs et productrices maraîchers de Méouane. Elle est la secrétaire générale de l'Union des groupements (4 000 membres) et la secrétaire générale de l'Union forestière (2 000 membres). Grâce à ces groupes, elle peut entrer en relation avec d'autres professionnels maraîchers sénégalais. Ainsi, ses collègues et elle peuvent travailler ensemble, se poser des questions et échanger de l'information sur leur travail.

Comme bien des femmes au Sénégal, Fatou n'a pas eu de formation maraîchère. La formation qu'elle a suivie, avec le soutien du Canada, dans le cadre du projet de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture intitulé Renforcement de la sécurité alimentaire dans les régions de Niayes et Casamance a changé sa vie. Non seulement elle a appris à accroître sa production, mais elle a aussi mieux compris comment elle pouvait améliorer la qualité de ses produits et s'assurer un accès aux marchés.

En tant que membre de l'Union des groupements, Fatou est en mesure d'acheter à un prix abordable les fournitures dont elle a besoin, telles que des semences et du fertilisant de qualité. Elle fait actuellement de la culture de pommes de terre. Les semences qu'elle achète de l'Union coûtent deux fois moins cher que sur le marché local. Elle a également bénéficié d'un autre projet local appuyé par le Canada, le projet Aménagement et développement économique des Niayes, qui a soutenu la construction d'un lieu d'entreposage de pommes de terre où elle peut désormais entreposer sa marchandise. En 2008, toujours dans le cadre de ce projet, Fatou a fait un voyage au Canada où elle a appris le fonctionnement des organisations paysannes canadiennes.

Grâce au succès que connaît son entreprise maraîchère, Fatou peut non seulement subvenir aux besoins alimentaires de sa famille avec les revenus qu'elle tire de la vaente de ses pommes de terre et d'autres produits, mais aussi utiliser ses économies pour diversifier ses activités génératrices de revenus. Maintenant, elle œuvre dans la transformation de céréales, de fruits et de légumes et la vente de bois de filao. Son revenu actuel est estimé à environ 400 dollars par mois, soit plus du double de ce que gagnait son époux. Grâce à son exploitation maraîchère, Fatou a été en mesure de développer son potentiel d'entrepreneure et de payer les études de ses quatre enfants jusqu'à l'université.

Reconnaissante de l'expérience acquise grâce au Canada, Fatou explique comment cette expérience lui a appris à mettre son entreprise sur pied : « Depuis que nous avons bénéficié de l'aide au développement, nous avons des résultats : le renforcement de nos capacités et la professionnalisation nous ont permis de mieux profiter de nos activités économiques et d'avoir plus d'argent ».

Les histoires comme celle de Fatou, qui explique comment elle a réussi à améliorer la situation économique de sa famille, sont de plus en plus courantes au Sénégal. Par son engagement à l'égard du Sénégal, l'un des 20 pays ciblés par l'aide au développement international qu'il offre, le Canada améliore la capacité des petits exploitants agricoles à nourrir leur famille en plus de bâtir une entreprise productive et viable en cours de route.