Gouvernement du Canada

Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada

www.international.gc.ca

Instruire les chefs de file de la prochaine génération au Sénégal

trois enfants dans une salle de classe @ Jean-Philipe Bourgeois
Avec le soutien du Canada et de l'UNICEF, des élèves du Sénégal, garçons et filles, reçoivent une éducation fondée sur un programme d’enseignement de base récemment mis à jour.

À l'école primaire PAH-unité 7, située à une dizaine de kilomètres de Dakar, la capitale du Sénégal, l'engagement sans faille du personnel scolaire en ce qui a trait au succès des élèves ne trouve de comparaison que dans la participation active de ces derniers à leur réussite.

Construite en 1986, l'école compte aujourd’hui 526 élèves, dont 287 filles. Avec le soutien du Canada et de l’UNICEF, l'école a mis en place un nouveau programme d'enseignement primaire. En fait, ce programme d'enseignement primaire de base a été mis en œuvre dans 500 écoles primaires sénégalaises. Depuis sa mise en place à l'école primaire PAH-unité 7, les résultats scolaires des élèves se sont améliorés. C'est ainsi que le taux de réussite au certificat d'études élémentaires a atteint, en 2013, 44 %, alors que la moyenne nationale se situe à 33 %.

Par l'entremise de projets de développement international tels que le Projet de services intégrés pour la qualité de l'éducation, le Canada montre qu'il s'engage à assurer l'avenir des enfants et des jeunes, y compris pour 90 % des jeunes du monde, âgés de 5 à 24 ans, qui vivent dans un pays en développement. Liée à l'atteinte des Objectifs du Millénaire pour le développement, l'éducation est un élément important dans l'établissement des assises qui aideront les enfants et les jeunes à atteindre leur plein potentiel en tant que membres actifs et productifs du pays où ils vivent. Les élèves de l'école PAH-unité 7 semblent être en bonne voie d'atteindre ces objectifs.

Marième Bâ Wane est à la tête de l'école PAH-Unité 7 depuis octobre 2011. Selon elle, les efforts combinés des deux partenaires font que les élèves sont « aujourd'hui les principaux centres d'intérêt des enseignements et des apprentissages ainsi que les artisans de leur propre savoir et de leurs réussites ». Madame Bâ souhaite d'ailleurs avoir prochainement l'occasion de remercier le gouvernement du Canada d'avoir permis à son école de disposer de trousses éducatives et à son personnel de bénéficier de formation sur le nouveau programme d'enseignement.

Seynabou Thioune Ndiaye, une enseignante de l'école PAH-unité 7, est enthousiaste à l'idée de la mise en place, par l'UNICEF, du concept « d'école adaptée aux enfants », qui est fondamental au nouveau programme. Cette approche mise sur le respect des droits des enfants et renforce la conscience citoyenne. En langage de tous les jours, on pourrait dire que les enfants apprennent à être des citoyens actifs au moyen de possibilités qui encouragent un apprentissage pratique. Par exemple, au PAH-unité 7, on a entre autres formé un gouvernement scolaire composé de représentants des élèves. Ce modèle d'éducation civique, nom sous lequel on le connaît, est responsable de la création de gouvernements scolaires dans chacune des 500 écoles ainsi que de la participation des parents aux comités de gestion scolaire dans plus de 435 écoles.

À l'école PAH-unité 7, Binta Diouf, 11 ans, est la présidente du gouvernement scolaire. Comme elle se plaît à le rappeler, son objectif premier est de tenir ses promesses électorales : remettre en état la bibliothèque de l'école et la doter d'une salle informatique avec accès Internet. Bien que les résultats à cet égard tardent à venir, Binta a déclaré qu'elle demeurait confiante et qu'elle continuerait de faire pression sur la direction.

L'optimisme de Binta n'est pas sans fondement. Après tout, son gouvernement scolaire et elle ont déjà quelques bons coups à leur actif : collecte de fonds pour l'achat de produits d'entretien, sensibilisation croissante au respect de l'environnement, règlement de conflits et de bagarres et suivi apporté aux élèves malades.

Ces changements apportés à l'éducation au Sénégal montrent comment, en se fondant sur des principes et en agissant concrètement, de plus en plus de Sénégalais se font un devoir de participer à l'éducation.