Gouvernement du Canada

Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada

www.international.gc.ca

Stratégie de l'ACDI sur les enfants et les jeunes

Sommaire

Assurer un avenir aux enfants et aux jeunes

La génération actuelle d'enfants et de jeunes est la plus importante jamais observée de toute l'histoire de l'humanité. Le monde compte 7 milliards d'habitants, dont près de la moitié a moins de 25 ans. Parmi eux, plus de 90 % vivent dans les pays en développement.

S'ils reçoivent les soins dont ils ont besoin pour se développer, les enfants et les jeunes peuvent devenir des adultes actifs et productifs. Mais trop d'entre eux font face à des obstacles difficiles à surmonter.

Des services peu accessibles ou de mauvaise qualité peuvent nuire au bien-être et à la survie des enfants et des jeunes. Plusieurs d'entre eux sont victimes de violence, d'exploitation et de négligence, surtout dans les situations de vulnérabilité et de conflit.

Cela est particulièrement vrai pour les filles et les jeunes femmes, qui voient trop souvent leurs droits bafoués. Par conséquent, plusieurs d'entre elles sont moins éduquées, sont en moins bonne santé et ont moins de chances de mener une vie productive.

Peu importe où ils habitent, les enfants et les jeunes ont le droit de vivre dans un milieu sûr, à l'abri de la violence et de la discrimination qui touchent trop de gens dans les pays en développement.

L'Agence canadienne de développement international (ACDI) a compris ce principe fondamental. Conformément à son engagement à rendre l'aide internationale plus efficace, plus ciblée et plus transparente, elle a élaboré une stratégie sur les enfants et les jeunes qui aidera plus d'enfants et de jeunes dans le monde à s'épanouir et à apporter une contribution positive à leur société.

Pourquoi devons-nous agir ?

Urgence démographique : Les enfants et les jeunes constituent une ressource précieuse qui offre aux pays en développement des perspectives de développement intéressantes. Cela dit, une population jeune et en pleine croissance crée des pressions importantes sur le plan de l'économie et de la sécurité, surtout dans les régions où les services et les emplois sont limités. Dans les pays où la population compte une grande proportion de jeunes, la demande d'emplois et de services de santé et d'éducation est en hausse, mais ces pays ne sont pas nécessairement outillés pour y répondre. Or, lorsque leurs attentes et leurs besoins ne sont pas comblés, les jeunes peuvent se tourner vers la criminalité ou la violence.

Mortalité des enfants : Dans plusieurs pays en développement, les enfants courent 12 fois plus de risques de mourir avant l'âge de cinq ans. Divers facteurs sont en cause, comme la mauvaise qualité de l'eau, des services d'hygiène insuffisants, la malnutrition et des maladies que l'on peut prévenir ou soigner si les systèmes de santé sont adéquats. Près de neuf millions d'enfants de moins de cinq ans meurent chaque année de ces causes évitables. Or, certaines interventions de base peuvent sauver des vies, comme la vaccination, les moustiquaires de lit qui protègent contre le paludisme et la prévention de la transmission du VIH de la mère à l'enfant.

Mortalité des mères : Plus d'un demi-million de femmes meurent chaque année pendant leur grossesse ou leur accouchement. Dans les pays en développement, l'accouchement est la principale cause de décès chez les jeunes filles de 15 à 19 ans, en raison des risques plus élevés de complications pendant la grossesse. Un enfant qui perd sa mère à la naissance court quatre fois plus de risques de mourir à son tour. C'est pourquoi la santé des mères est essentielle à la survie, à la santé et au développement des enfants.

Violence et mauvais traitements : Des millions d'enfants et de jeunes, surtout des filles, subissent de la violence et des mauvais traitements. Les conflits armés, le trafic d'êtres humains, l'exploitation sexuelle, les pratiques de travail dangereuses et les pratiques culturelles risquées, comme la mutilation des organes génitaux féminins, violent les droits des enfants dans de nombreux pays en développement. Ils peuvent entraîner des problèmes de santé physique et mentale, l'infection par le VIH/sida, le manque d'éducation, l'itinérance et un plus grand risque de décès.

Manque d'éducation et de compétences : Dans les pays en développement, 67 millions d'enfants, dont 53 % de filles, n'ont toujours pas accès à l'école ou à une éducation de base. Ils ne peuvent donc pas acquérir les compétences dont ils ont besoin pour vivre et travailler. Ceux qui réussissent à aller à l'école reçoivent souvent un enseignement de piètre qualité. L'éducation de base est un point de départ essentiel, et c'est pourquoi nous devons nous concentrer sur ce secteur.

Sous-investissements à l'égard des filles : On dispose d'éléments qui démontrent que les investissements visant les filles donnent de meilleurs résultats de développement que les investissements visant tout autre groupe démographique. Les investissements dans la santé, l'éducation et la sécurité des jeunes filles a un effet d'entraînement puisqu'ils touchent aussi leurs familles, leurs collectivités et plus tard leurs enfants. Pourtant, dans plusieurs pays en développement, les filles et les jeunes femmes sont plus susceptibles de se marier et d'avoir des enfants à un jeune âge, de quitter l'école, de se livrer à la prostitution ou d'être victime de violence sexuelle. Il faut donc se pencher de plus près sur les besoins des filles pour pouvoir ensuite y répondre.


Stratégie de l'ACDI sur les enfants et les jeunes

Avec sa stratégie sur les enfants et les jeunes, l'ACDI met davantage l'accent sur les besoins des jeunes dans le monde pour leur permettre de devenir des citoyens en santé, instruits et productifs.

Dans le cadre de cette stratégie, l'ACDI se concentrera sur trois domaines d'intervention prioritaires :

  • la survie des enfants (ce qui comprend la santé des mères)
  • l'accès à une éducation de qualité
  • un avenir sûr pour les enfants et les jeunes

Survie des enfants (ce qui comprend la santé des mères)

Près de neuf millions d'enfants de moins de cinq ans meurent chaque année. Très souvent, ces décès sont causés par des maladies qui pourraient être soignées ou évitées. C'est pourquoi il est primordial d'intensifier nos activités visant la survie des enfants. Il faut tout d'abord s'occuper des mères. Dans les pays en développement, chaque minute, une femme meurt pendant sa grossesse ou son accouchement. Pour assurer la survie des enfants, nous devons donc accorder autant d'importance à la santé des mères.

Pour favoriser la survie des enfants et la santé des mères, l'ACDI veillera à :

  • améliorer l'accès aux soins de santé maternelle afin de réduire les maladies et les décès chez les mères et les nouveau-nés;
  • investir davantage dans les interventions en santé axées sur les enfants, comme la vaccination, les suppléments nutritionnels et l'eau potable, afin d'améliorer la santé des enfants;
  • investir davantage dans la prévention de maladies comme le VIH/sida, le paludisme et la tuberculose, pour assurer la survie des mères et des enfants;
  • mettre en place des systèmes de santé solides et durables, capables de fournir des soins de qualité aux mères et aux enfants.

Ces mesures se traduiront par une meilleure santé des mères, un taux de survie plus élevé chez les enfants, une réduction des décès attribuables aux maladies infectieuses et des systèmes de santé nationaux qui répondent mieux aux besoins des mères et des enfants de moins de cinq ans.

Accès à une éducation de qualité

Une main-d'oeuvre instruite est essentielle pour assurer un développement durable à long terme et réduire l'extrême pauvreté.

L'accès à l'éducation s'est amélioré dans les pays en développement. Cependant, pour des raisons financières, sociales, de santé et de sécurité, 67 millions d'enfants d'âges scolaire — dont 35,5 millions de filles — ne vont toujours pas à l'école. L'inscription des enfants à l'école est une priorité, tout comme les garder en classe pendant les dix premières années de scolarité (qui constituent le cycle complet d'éducation de base). Il faut aussi renforcer les systèmes d'éducation nationaux en formant les enseignants, en élaborant des programmes d'études pertinents et en ayant du matériel didactique de meilleure qualité.

L'ACDI s'efforcera :

  • d'améliorer l'accès à l'éducation de base, particulièrement pour les filles;
  • d'améliorer la qualité de l'éducation et de favoriser l'apprentissage, en mettant un accent particulier sur les enseignants et leur formation, sur la pertinence des programmes d'études et sur la qualité du matériel didactique;
  • d'accroître l'accès des jeunes à des possibilités d'apprentissage pertinentes à l'école et ailleurs.

Ces efforts ont pour but de mettre en place des systèmes d'éducation efficaces qui permettront à plus d'enfants et de jeunes, et particulièrement aux filles, d'acquérir les compétences de base dont ils ont besoin pour devenir des citoyens productifs.

Un avenir sûr pour les enfants et les jeunes

Dans plusieurs pays en développement, la violence, les mauvais traitements et l'exploitation sont répandus — y compris le trafic d'enfants et les pires formes de travail infligées aux enfants. Les filles sont particulièrement vulnérables, tout comme les enfants et les jeunes de milieux pauvres et marginalisés.

Or, il faut régler les problèmes de sécurité et de protection si l'on veut que les investissements en santé, en éducation et dans d'autres domaines apportent des améliorations durables. Les enfants sont les membres plus vulnérables de la société, et ils ont le droit de grandir, d'apprendre et de jouer dans un environnement sûr.

Pour assurer un avenir plus sûr aux enfants et aux jeunes, l'ACDI :

  • contribuera à renforcer et à mettre en place des cadres nationaux pour mieux protéger les droits des enfants et des jeunes, et particulièrement ceux des filles, qui courent plus de risques d'être victimes de violence, d'exploitation et d'abus;
  • veillera à ce que les écoles soient exemptes de violence, qu'on n'y exerce aucun mauvais traitement et qu'elles offrent un milieu propice à l'apprentissage des enfants;
  • appuiera les efforts destinés aux jeunes à risque pour qu'ils participent pleinement et de façon constructive à la société et trouvent d'autres solutions que la violence et la criminalité.

L'ACDI travaille avec les pays pour élaborer les cadres législatifs nécessaires pour protéger plus d'enfants et de jeunes — et notamment de filles — contre la violence, l'exploitation et les mauvais traitements. Ces enfants et ces jeunes auront alors plus de possibilités de participer et de contribuer à la vie de leur collectivité. De plus, l'école leur fournira un milieu d'apprentissage sûr où ils pourront acquérir les compétences dont ils ont besoin pour devenir de jeunes adultes productifs.

Conclusion

Le Canada reconnaît l'immense valeur des enfants et des jeunes et l'espoir qu'ils représentent pour les pays en développement, et il s'efforce de les aider à atteindre leur plein potentiel.

En portant une attention particulière aux filles et aux jeunes femmes, la stratégie de l'ACDI sur les enfants et les jeunes vise à déboucher sur des résultats concrets qui apporteront des changements importants et durables dans la vie de la population la plus jeune et la plus à risque du monde.

L'ACDI examinera ses progrès par rapport à sa stratégie sur les enfants et les jeunes et fera régulièrement le bilan des progrès et des leçons retenues, s'il y a lieu. Toutes les activités liées à l'élaboration et à la mise en oeuvre de la présente stratégie sont conformes à la Loi sur la responsabilité en matière d'aide au développement officielle.


Formats de rechange

Note : Si vous ne pouvez accéder aux documents fournis dans un format de rechange, veuillez visiter la page d'aide.

Version complète

Stratégie de l'ACDI sur les enfants et les jeunes (PDF, 255,43 Ko, 9 pages)

Version abrégée

Plan d'action du Canada SUR l'efficacité de l'aide : Assurer l'avenir des enfants et des jeunes (PDF, 355 Ko, 3 pages)