Gouvernement du Canada

Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada

www.international.gc.ca

Burkina Faso

Table des matières

Projets de développement international au Burkina Faso

Projets de développement international au Burkina Faso

Déboursés de l'ACDI au Burkina Faso : 2011-2012

Déboursés de l'ACDI au Burkina Faso
Montant en M$
Assistance au développement à long terme
35,07
2,00
Total 37,07
Sources
Un enseignant en formation enseigne à de jeunes élèves. © ACDI-CIDA/Samuel Gervais
Portrait d'un Burkinabé coiffé d'un chapeau tribal. © ACDI-CIDA/David Barbour

Aperçu

Le Burkina Faso est considéré comme l'un des pays les plus pauvres au monde. Il occupe le 183e rang sur 187 pays selon l'indice du développement humain 2012 établi par le Programme des Nations Unies pour le développement. En 2012, près de 45 % de la population vit avec moins de 1,25 $US par jour. Environ 7 millions de Burkinabés ont moins de 14 ans, et le taux de décrochage scolaire reste très élevé. En effet, en 2011, la proportion d'enfants ayant terminé leurs études primaires et secondaires atteignait respectivement 52 % et 17 %.

Sur le plan économique, le gouvernement du Burkina Faso travaille depuis 2008 à rendre le marché plus favorable aux affaires. Selon l'indice Doing Business 2012 de la Banque mondiale, le Burkina Faso a connu une avancée dans la facilité à faire du commerce transfrontalier. Cependant, le pays a connu un recul en ce qui a trait au paiement des impôts. Le taux de croissance du PIB a été appréciable en 2011 (4,9 %) (selon Statistiques mondiales consulté en mai 2012), bien qu'il ait été inférieur à celui de 2010 (7,9 %). Depuis 2009, les revenus d'exportation de l'or ont surpassé ceux générés par le coton. En 2011, la production aurifère a augmenté de 41 % par rapport à 2010, et celle du coton, de 16 %.

Sur le plan politique, le pays est stable depuis 1987. Des élections présidentielles, législatives et municipales sont tenues de façon régulière depuis 1991, mais l'opposition demeure faible et fragmentée. La société civile est en revanche très active, surtout les syndicats.

Le Burkina Faso fait des progrès à l'égard des Objectifs du Millénaire pour le développement dans les domaines suivants :

  • L'accès à l'eau potable — la proportion de la population ayant accès à de l'eau améliorée est passée de 60 % en 2000 à 76 % en 2008.
  • La lutte contre le VIH/sida — le taux de prévalence du VIH/sida est de 2 % depuis 2006, alors qu'il atteignait 7,2 % en 1997.
  • L'éducation de base — le taux brut de scolarisation au primaire est passé de 44,4 % en 2000 à 74,8 % en 2009

Priorités

La programmation de développement international du Canada au Burkina Faso soutient la Stratégie de croissance accélérée et de développement durable (2011-2015) du gouvernement burkinabé, qui se déploie sur quatre axes principaux :

  • développer des priorités pour une croissance accélérée
  • consolider le capital humain et promouvoir la protection sociale
  • renforcer la bonne gouvernance
  • prendre en compte les priorités qui sont intégrées dans toutes les politiques et tous les programmes de développement

L'orientation stratégique de la programmation du Canada est d'aider le pays à assurer l'avenir des enfants et des jeunes et à stimuler la croissance économique durable.

Enfants et jeunes

De 2001 à 2011, le Canada a appuyé le Plan décennal de développement de l'éducation de base du gouvernement burkinabé. Depuis 2012, le Canada appuie le nouveau plan du gouvernement, appelé le Plan décennal pour le développement du secteur éducatif de base 2011-2020 (PDSEB). Ce plan vise à améliorer les services éducatifs et à les rendre plus accessibles, ainsi qu'à élaborer le programme des compétences pour l'emploi à l'intention des jeunes.

Le Canada soutient aussi la mise en oeuvre de la Politique nationale genre du Burkina Faso (PDF, 1 Mo, 56 pages) afin d'augmenter l'accès des filles aux services d'éducation.

Exemples de résultats attendus
  • La proportion de filles et de garçons ayant achevé leur éducation primaire passera de 40 % à 75 %.
  • La proportion de jeunes ayant achevé une éducation post-primaire (y compris une formation professionnelle) passera de 16 % à 34 %.

Croissance économique

Le gouvernement du Canada maintient son appui au renforcement du secteur de la microfinance et au développement du secteur agroalimentaire. En outre, il appuie la mise en oeuvre de la Stratégie nationale de microfinance du Burkina Faso. Ces appuis concernent des projets opérationnels en 2009.

Exemples de résultats attendus
  • Les entrepreneurs et les agriculteurs utilisent d'avantage et de façon plus équitable les services et produits financiers conçus pour eux. Cela se traduit par la mise sur pied de 3 nouveaux centres financiers aux entrepreneurs/centres financiers aux agriculteurs.
  • Les travailleurs du secteur agroalimentaire verront leur productivité durable augmenter; par exemple, le rendement quotidien des producteurs laitiers passera de 5 à 10 litres par vache.

Vers une aide plus efficace

Le Burkina Faso adhère à la Déclaration de Paris sur l'efficacité de l'aide (PDF, 1,55 Mo, 26 pages).

La proportion d'aide publique au développement allouée sous forme d'appui budgétaire était de 29 % en 2007 et représentait 38 % en 2010. D'ailleurs, le Burkina Faso fait figure d'exemple en matière de meilleures pratiques de gestion des finances publiques en Afrique, ce qui a pour conséquence que neuf des dix principaux bailleurs du Burkina lui accordent des appuis budgétaires généraux. Le Canada est membre du groupe de coordination des donateurs et chef de file des donateurs en éducation et en microfinance.

Réalisations 2011-2012

Enfants et jeunes

  • A permis de faire passer le nombre de salles de classe dédiées à l'enseignement primaire de 40 912 en 2010 à 43 661 en 2011, soit 76 % de la cible fixée à 57 342 classes pour 2015.
  • A contribué à faire augmenter le ratio filles-garçons en matière d'admission à l'école primaire de 0,88 fille pour 1 garçon en 2010 à 0,91 fille pour 1 garçon en 2011. La cible pour 2015 est de 0,92 fille pour 1 garçon.

Croissance économique durable

  • A contribué à rationaliser le réseau des caisses populaires le plus important du Burkina Faso afin de fournir des services de meilleure qualité aux populations ciblées. Cette rationalisation a permis de réduire le nombre des caisses de 101 à 39.
  • A permis de financer 849 entrepreneurs du secteur des micro-, petites et moyennes entreprises. La cible de 680 entrepreneurs pour 2014 a donc été dépassée.

Réalisations 2010-2011

Enfants et jeunes

  • A permis de faire passer le nombre de salles de classe dédiées à l'enseignement primaire de 40 912 en 2010 à 43 661 en 2011, soit 76 % de la cible fixée à 57 342 classes pour 2015.
  • A contribué à faire augmenter le ratio filles-garçons en matière d'admission à l'école primaire de 0,88 fille pour 1 garçon en 2010 à 0,91 fille pour 1 garçon en 2011. La cible pour 2015 est de 0,92 fille pour 1 garçon.

Croissance économique durable

  • A aidé 314 producteurs agricoles (dont 106 femmes) à obtenir des services techniques afin d'augmenter la productivité et la compétitivité de leurs entreprises. Ces services ont entre autres permis à environ 200 producteurs laitiers d'augmenter la production de lait globale de 38 % entre 2007 et 2010; passant de 22 378 litres à 31 012 litres produits.
  • A contribué à la reconfiguration du réseau des caisses populaires le plus important du Burkina Faso afin d'en accroître la performance globale et de fournir des services de meilleure qualité aux populations ciblées. Cette reconfiguration a permis de réduire le nombre des caisses de 101 à 39 .
  • A appuyé les Centres financiers aux entrepreneurs et les Centres financiers aux agriculteurs en vue de financer 466 nouveaux entrepreneurs du secteur des micro-, petites et moyennes entreprises, ce qui accroîtra leur productivité. La cible pour 2014 est d'offrir un appui à 680 entrepreneurs.

Réalisations 2009-2010

Enfants et jeunes

  • A aidé à construire près de 38 000 salles de classe ainsi que des latrines, des puits et du logement pour les enseignants.

Croissance économique

  • A permis d'augmenter la production de bananes de 600 petits exploitants agricoles de 17 %.


Note : Si vous ne pouvez accéder aux documents fournis dans un format de rechange, veuillez visiter la page d'aide.