Gouvernement du Canada

Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada

www.international.gc.ca

Iraq

Engagement du Canada

En 2003, le Canada se joignait à l'effort de développement international destiné à reconstruire l'Iraq. Ce pays se trouvait en pleine crise, après une longue période marquée par l'agitation politique et sociale et par des perturbations économiques.

Le soutien du Canada avait pour objet d'aider l'Iraq à devenir un pays stable, autonome et prospère, dirigé par un gouvernement démocratique représentatif du peuple et respectueux des droits de la personne et de l'égalité entre les femmes et les hommes. L'aide canadienne à l'appui du développement socioéconomique a aussi contribué à satisfaire les besoins fondamentaux du pays, notamment en vivres, en eau et en soins médicaux.

En juin 2003, le Canada annonçait l'octroi de 300 millions de dollars sur sept ans en faveur de la reconstruction de l'Iraq. La majeure partie de sa contribution, soit 115 millions de dollars, a été acheminée par l'intermédiaire du Fonds international pour la reconstruction de l'Iraq (FIRI), qui est géré par la Banque mondiale et par les Nations Unies. Les activités relevant du FIRI que le Canada a financées portaient sur la gouvernance, la réforme des finances publiques, la réforme judiciaire et le rétablissement des services communautaires de base. Le reste du financement a été utilisé pour répondre aux besoins humanitaires du pays.

Le Canada a rempli ses engagements. En dépit du contexte extrêmement difficile, il a obtenu des résultats notables dans divers secteurs, entre autres ceux de la gouvernance, du développement socioéconomique (éducation, eau et assainissement, santé) et de la réforme de la sécurité.

Même si le programme bilatéral à pris fin en 2010, l'Iraq pourrait continuer de bénéficier de divers programmes du MAECD, y compris :

Réalisations

Une fille tient un grand contenant d'eau potable.© UNICEF
Avec l'appui du Canada, plus de 600 000 personnes ont maintenant accès à de l'eau potable dans la ville de Karbala, en plus de 215 000 autres dans les banlieues.

Aide humanitaire

  • Amélioration de l'accès à l'eau et aux installations sanitaires, au profit de plus de trois millions de personnes déplacées à l'intérieur du pays et de résidents vulnérables dans les régions les plus durement touchées par les hostilités ou dans celles qui ont accueilli un grand nombre de personnes déplacées.
  • Distribution de vivres, de trousses d'hygiène et d'autres articles de première nécessité à 740 000 personnes déplacées et résidents.
  • Soutien de campagnes d'immunisation qui ont permis de vacciner 420 000 enfants de moins de cinq ans.
  • Distribution dans le pays tout entier de farine enrichie de fer.

Gouvernance

  • Formation donnée par des spécialistes canadiens à de hauts fonctionnaires iraquiens dans les domaines de la vérification, de la réforme des finances publiques, de la gestion du rendement, de l'économétrie et de la statistique.
  • Modification de la loi électorale de l'Iraq pour établir la représentation minimale des femmes parmi les parlementaires (25 % des sièges).
  • Mise sur pied de la Mission internationale sur les élections en Iraq (en anglais) pour aider la Commission électorale iraquienne, devenue la Haute Commission électorale indépendante (en anglais) et pour en faire une organisation solide et compétente, libre de tout lien de dépendance.
  • Lancement, par des organisations non gouvernementales iraquiennes, de campagnes radiophoniques à large diffusion au sujet des droits de la personne.

Développement socioéconomique

  • Mesures pour donner accès à l'eau potable à plus de 600 000 bénéficiaires dans la ville de Karbala et à 215 000 autres bénéficiaires dans l'ensemble du gouvernorat de Karbala.
  • Remise en état de 100 écoles dans les différents gouvernorats, ce qui a bénéficié à plus de 51 000 élèves et 2 600 enseignants.
  • Remise en état de neuf centres offrant des soins de santé primaires, qui ont notamment été approvisionnés en fournitures médicales de base et ont obtenu de nouveaux équipements.

Réforme de la sécurité

  • Formation, au Centre international de formation policière en Jordanie, de plus de 40 000 aspirants policiers iraquiens, dont des agents de la police frontalière, au cours d'une période de quatre ans.
  • Amélioration des infrastructures du Centre international de formation policière, grâce à la construction d'immeubles et au don d'ordinateurs.