Gouvernement du Canada

Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada

www.international.gc.ca

Indonésie

Table des matières

Projets de développement international en Indonésie

Projets de développement international en Indonésie

Décaissements de l'ACDI en Indonésie : 2011-2012

Total : 38,66 M$
Petit garçon avec un seau à San Rego, au Sulawesi du Sud. © ACDI-CIDA

Aperçu

L'Indonésie fait partie de la tranche inférieure des pays à revenu intermédiaire. Il possède d'abondantes ressources naturelles. Sa population de 232,5 millions d'habitants en fait le pays musulman le plus peuplé. Les inégalités et la pauvreté y sont grandes, et il existe d'importantes disparités entre les régions. Le pays est fortement exposé aux crises économiques et aux catastrophes naturelles.

En 2012, l'Indonésie occupait le 121e rang sur 187 pays pour ce qui est de l'indice du développement humain établi par le Programme des Nations Unies pour le développement. Les données révèlent que 18,1 % de la population subsistait avec moins de 1,25 $US par jour en 2007-2010.

Au début des années 1990, la croissance rapide du secteur industriel a stimulé l'économie du pays. Cela dit, l'Indonésie a été frappée de plein fouet par la crise financière asiatique de 1997; ce n'est que tout récemment que ses résultats économiques sont revenus aux niveaux observés avant la crise. La récession mondiale actuelle pourrait compromettre les gains récents, mais jusqu'ici, l'Indonésie s'en tire plutôt bien et a affiché une croissance de 4,5 % en 2009.

D'importantes réformes politiques, économiques et institutionnelles ont stimulé la croissance et la stabilité en Indonésie. Les élections législatives et présidentielles de 2009 se sont déroulées de façon libre et juste. On observe des progrès sur le plan du respect des droits de la personne, même si certaines inquiétudes demeurent. Les indicateurs nationaux donnent à penser que le pays est en voie d'atteindre bon nombre de ses objectifs de développement. Cela dit, les disparités régionales entre les provinces et les districts constituent un obstacle de taille au développement de l'Indonésie. Vivant dans un pays très décentralisé, les Indonésiens sont tributaires de leur administration locale en ce qui concerne l'obtention des services et l'ampleur des efforts consacrés à la promotion de la croissance économique dans leur région.

L'économie de l'Indonésie repose largement sur les ressources naturelles, un secteur qui occupe 50 % des travailleurs. La gestion durable des ressources naturelles constitue un autre important défi de développement, étant donné que la majorité des personnes pauvres vivent en milieu rural et dépendent des ressources naturelles pour gagner un revenu.

Outre les écarts observés entre les régions urbaines et rurales, il existe aussi des disparités entre les femmes et les hommes. Bien que les femmes commencent à jouir d'un traitement de plus en plus équitable par rapport aux hommes, elles demeurent largement exclues des processus de prise de décision dans la société. De plus, leur accès aux services et leurs perspectives économiques sont toujours limités.

Priorités

En 2009, dans le cadre du nouveau plan d'action pour accroître l'efficacité de l'aide du Canada, l'Indonésie a été désignée comme l'un des pays ciblés en matière de développement international. Le programme du Canada en Indonésie est conforme aux priorités du gouvernement indonésien. Il vise à favoriser une croissance économique durable pour aider le pays à réduire sa vulnérabilité à la pauvreté. Les efforts continueront de cibler particulièrement le Sulawesi, troisième île indonésienne la plus peuplée et moteur de changement dans l'Est du pays, où la pauvreté est la plus marquée.

Le gouvernement de l'Indonésie a établi un certain nombre de priorités en matière de développement dans son plan quinquennal de développement à moyen terme (en indonésien) et dans d'autres documents stratégiques de premier plan. L'Indonésie a entre autres comme objectifs prioritaires :

  • de renforcer la capacité du gouvernement à fournir les services;
  • d'améliorer la qualité des ressources humaines;
  • d'accroître la capacité en matière de développement des sciences et de la technologie et de renforcer la compétitivité économique;
  • de poursuivre les réformes liées à la croissance économique dans les régions;
  • d'améliorer la gestion des ressources naturelles;
  • de réussir la décentralisation.

Croissance économique

La stratégie du Canada en Indonésie a pour objectif de favoriser une croissance économique durable. Pour ce faire, le Canada :

  • travaille avec ses partenaires nationaux et locaux pour renforcer les plans et les programmes économiques locaux et régionaux;
  • fait la promotion d'une gestion améliorée des ressources renouvelables afin de soutenir le développement économique local et régional.

Les plans et les programmes économiques locaux et régionaux ciblant les secteurs clés de l'économie tels les infrastructures, les industries et l'agriculture relèvent des administrations locales. Un meilleur fonctionnement de ces administrations aura une véritable incidence sur la croissance économique durable.

Étant donné la pression croissante exercée sur les ressources naturelles à faible rendement ou fragiles, une gestion améliorée et durable de ces ressources pourrait favoriser une croissance économique durable et contribuer directement à la hausse des revenus des personnes pauvres.

L'égalité entre les femmes et les hommes, la durabilité de l'environnement et la bonne gouvernance seront intégrés à tous les programmes. Le dialogue et les consultations continus entre les partenaires du développement (gouvernement, organisations non gouvernementales et donateurs) orienteront les choix d'investissement.

Principaux résultats escomptés
  • Les représentants des administrations locales recevront de la formation et une assistance technique ayant pour but de veiller à l'utilisation efficace des fonds publics, de manière à stimuler la croissance économique.
  • Les programmes de développement des entreprises destinés aux entrepreneurs locaux — comme les bureaux à guichet unique exploités par les administrations locales — seront améliorés. De plus, leur promotion sera faite à plus large échelle.
  • On offrira de la formation et une assistance technique pour veiller à ce que les plans et les budgets locaux tiennent compte des besoins des femmes et des personnes pauvres.
  • Les approches de regroupements de différents intervenants et de microentreprises seront adoptées pour gérer les cultures arbustives de grande valeur et l'aquaculture.
  • De nouvelles façons de gérer les ressources forestières et hydriques seront adoptées, y compris un projet pilote de forêts modèles dirigé par le Canada.

Vers une aide plus efficace

Dans le cadre de l'Engagement de Jakarta en faveur de l'efficacité de l'aide (en anglais), qui comporte une carte routière pour l'Indonésie jusqu'en 2014, l'Indonésie s'acquitte de ses engagements pris conformément à la Déclaration de Paris sur l'efficacité de l'aide (PDF, 1,55 Mo, 26 pages).

Les principaux éléments de l'Engagement de Jakarta visent à :

  • renforcer la prise en charge locale;
  • établir des partenariats plus efficaces et plus inclusifs;
  • produire des résultats et en rendre compte.

Le Canada et d'autres donateurs présents sur la scène internationale aideront le gouvernement de l'Indonésie à mettre en oeuvre l'Engagement de Jakarta de 2009.

Réalisations 2011-2012

Croissance économique

A permis à 1 million de fermiers de profiter de pratiques agricoles écologiques telles que la production d'engrais biologiques et de briquettes de charbon faites de coques de noix de coco, l'apiculture, la culture d'algues et l'établissement de pépinières.
  • A aidé à créer 2 628 emplois — soit une hausse de 230 % depuis 2009 — dans les industries de l'algue, de la noix de cajou et de la noix de coco.
  • A aidé à offrir de la formation dans neuf organisations de développement des affaires, ce qui leur a permis de servir 5 511 représentants de petites et moyennes entreprises.
  • A aidé 12 institutions de microfinance à élargir leur portefeuille de prêts de 19 % par rapport à l'année précédente, ce qui a permis de soutenir 175 000 prêts à des microentreprises d'une valeur de près de 29 millions de dollars, dont 89 % ont bénéficié à des femmes.
  • A permis à 1 million de fermiers de profiter de pratiques agricoles écologiques telles que la production d'engrais biologiques et de briquettes de charbon faites de coques de noix de coco, l'apiculture, la culture d'algues et l'établissement de pépinières.
  • A aidé 193 villages à élaborer et mettre en œuvre des plans d'action qui ont permis de cerner 2 375 projets visant à créer des moyens de subsistance durables et respectueux de l'environnement en agroforesterie dans de grandes plantations de caféiers et de cacaoyers, en gestion d'étangs de pisciculture et en développement de produits forestiers non ligneux.
  • A aidé 80 villages à élaborer 10 plans d'action utilisant des bassins versants afin d'améliorer la qualité de l'eau et de créer davantage de moyens de subsistance durables sur le plan écologique.
  • A soutenu la formation de 26 000 personnes sur la planification participative visant à améliorer l'assainissement et la qualité de l'eau, ainsi que la présentation de nouvelles techniques de gestion du bétail, des cultures, des sols et de la lutte antiparasitaire.
  • A remis en état 1 000 hectares de mangroves, tandis qu'un moratoire contre l'élimination des mangroves protégera 12 700 hectares supplémentaires.
  • A garanti les titres fonciers de milliers d'hectares de terres agricoles à des agriculteurs sans terre, qui utilisent maintenant ces terres pour réaliser des activités de subsistance durables, comme les étangs de pisciculture, l'élevage d'animaux, les industries à domiciles, l'utilisation de biocarburants, le compostage et la production d'aliments biologiques.

Réalisations 2010-2011

Croissance économique

  • A contribué à la création de 1 669 emplois, une hausse de 90 % par rapport à l'année précédente, en offrant des compétences techniques aux petites et moyennes entreprises, aux fournisseurs de services aux entreprises et aux établissements de microfinancement.
  • A offert un soutien aux institutions de microfinancement afin qu'elles augmentent leur portefeuille de prêts de 18 % (dont 50 % accordés aux femmes) par rapport à l'année précédente.
  • A amélioré les connaissances de 158 législateurs (sur 200) à l'égard du processus d'examen des plans et des budgets.
  • A contribué à la formation de 304 représentants du gouvernement sur la planification et l'établissement du budget afin qu'ils puissent être mieux à l'écoute des besoins locaux, y compris ceux des femmes.
  • A participé à la mise sur pied d'un système de surveillance et d'évaluation des administrations locales en matière d'exécution des programmes et de prestation des services.
  • A augmenté le nombre de contribuables inscrits de 4 millions à 16 millions de 2009 à 2010 en soutenant les réformes administratives et fiscales.
  • A contribué à la mise sur pied de plus de 300 bureaux de services à la clientèle décentralisés pour les contribuables.
  • A offert du soutien à plus de 26 500 villageois afin qu'ils puissent participer aux décisions des gouvernements locaux qui ont eu une incidence sur leur revenu.
  • A contribué à la protection d'une vaste mangrove afin d'empêcher qu'elle ne soit transformée en étangs de crevettes; cela a permis de protéger les poissons et le milieu biologique marin, deux sources de revenus pour les collectivités locales.

Réalisations 2009-2010

Croissance économique

  • Le soutien à la décentralisation aux administrations locales a permis d'harmoniser les règlements liés aux activités administratives et à l'exécution de programmes; de diffuser un modèle de politique comptable à 480 administrations locales; de mettre en oeuvre un système permettant de surveiller et d'évaluer le rendement des administrations locales en matière d'exécution de programmes et de prestation de services.
  • Grâce à l'appui aux réformes administratives et fiscales de l'Indonésie, le nombre de contribuables inscrits est passé de 4 à 16 millions; on a aidé à créer plus de 300 bureaux de services à la clientèle décentralisés à l'intention des contribuables.
  • Le soutien au projet Gouvernance environnementale et moyens d'existence durables a permis à plus de 26 500 villageois de participer aux décisions qui ont une incidence sur leur revenu.
  • En appuyant l'opposition à la transformation d'une vaste mangrove en étangs à crevettes, l'aide a permis de protéger les poissons et le milieu naturel marin, qui sont une source de revenu pour les collectivités locales.

Note : Si vous ne pouvez accéder aux documents fournis dans un format de rechange, veuillez visiter la page d'aide.