Gouvernement du Canada

Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada

www.international.gc.ca

Rwanda

Table des matières

Projets de développement international au Rwanda

Projets de développement international au Rwanda

Décaissements de l'ACDI au Rwanda : 2011-2012

Décaissements de l'ACDI au Rwanda
Montant en M$
Assistance au développement à long terme
33,38
0,50
Total 33,88
Sources
Une Rwandaise coiffée d'un turban rouge. © ACDI-CIDA/Steve Simon

Aperçu

Le Rwanda est le pays le plus densément peuplé d'Afrique. L'espérance de vie y est de 55 ans (Source : Banque mondiale – 2011). Les deux tiers de la population sont âgés de moins de 24 ans, et près des trois quarts doivent subsister avec moins de 1,25 $US par jour. Pays aux ressources naturelles limitées, le Rwanda occupait en 2012 le 167e rang sur 187 pays selon l'indice du développement humain établi par le Programme des Nations Unies pour le développement. Il réalise néanmoins des avancées considérables dans plusieurs domaines.

Le Rwanda a accompli des progrès remarquables en se relevant du génocide de 1994, en traduisant en justice plusieurs responsables et en reconstruisant le pays. Le gouvernement du Rwanda, aujourd'hui stable, a incorporé les Objectifs du Millénaire pour le développement dans son cadre de développement national. Il est en voie d'atteindre les objectifs suivants : assurer l'éducation primaire pour tous et promouvoir l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes. Plus de la moitié des parlementaires rwandais — soit 56 % — sont des femmes.

Le maintien de la paix et de la stabilité dans la région des Grands Lacs ne peut se faire sans le rôle constructif que joue le Rwanda. Il est le principal contributeur à l'Opération hybride Union africaine/Nations Unies au Darfour (MINUAD). Pour élargir les possibilités économiques, le Rwanda s'est joint à la Coopération en Afrique orientale (en anglais) en 2007 et au Commonwealth (en anglais) en 2010.

Depuis 2000, le taux de croissance économique du Rwanda est parmi les plus élevés en Afrique. Cependant, les bienfaits de cette croissance n'atteignent pas les régions rurales, où la pauvreté est généralisée et où la plupart des gens dépendent de l'agriculture pour vivre. Même si le Rwanda est largement autosuffisant sur le plan de la production alimentaire, les infrastructures dans le secteur agricole sont inadéquates, ce qui entraîne une production agricole beaucoup moins élevée qu'elle pourrait l'être. Le quart de la population souffre d'insécurité alimentaire. La croissance démographique rapide amène une utilisation non durable des ressources, et le taux de chômage augmente.

Dans le cadre de son Plan d'action économique 2013 le Canada a restructuré et rationalisé ses opérations. D'ici mars 2014, tout le financement du Canada pour les programmes de pays à pays prendra fin au Rwanda. Tous les travaux liés à des projets et à des contrats existants seront achevés. Le Rwanda demeurera admissible à un soutien par l'entremise du Programme régional panafricain, des programmes multilatéraux et mondiaux (y compris l'assistance humanitaire internationale au besoin) et des programmes des partenariats avec les Canadiens.

Priorités thématiques

La programmation du Canada au Rwanda est harmonisée avec la politique d'aide de 2006 du Rwanda, qui privilégie des approches-programmes, et avec sa Stratégie de développement économique et de réduction de la pauvreté (PDF en anglais, 3 Mo, 166 pages) , pour la période 2008-2012. Cette stratégie a pour but d'intensifier la croissance économique en favorisant l'augmentation de la productivité agricole, en ralentissant la croissance démographique, en s'attaquant à la pauvreté extrême, et en assurant une réduction plus efficace de la pauvreté.

Le programme du Canada pour le Rwanda a aidé ce pays à accroître la sécurité alimentaire en augmentant la productivité agricole. Pour ce faire, il a appuyé le développement des infrastructures rurales et a amélioré la gestion des ressources en terres et en eau.

Sécurité alimentaire

Le Canada a travaillé de près avec le ministère rwandais de l'Agriculture et d'autres partenaires pour mettre en œuvre la stratégie nationale sur l'agriculture, qui vise à délaisser l'agriculture de subsistance au profit d'activités axées sur les marchés. La priorité accordée par le Canada aux infrastructures rurales et à la gestion des ressources en terres et en eau a permis de réaliser ce qui suit :

  • donner aux agriculteurs l'accès aux marchés grâce à de meilleures routes;
  • lutter contre l'érosion des sols;
  • améliorer l'irrigation pour permettre une production agricole toute l'année;
  • créer des terrains marécageux pour obtenir de meilleures récoltes.

Ces efforts ont aussi permis d'accroître la production agricole et le revenu des femmes et des hommes vivant en milieu rural, ainsi que de renforcer la capacité des gouvernements locaux de concevoir et de gérer des plans de développement. Des représentants des gouvernements locaux et de la société civile ont reçu de la formation sur les méthodes de planification participative et financière, les systèmes d'appels d'offres publics et l'égalité entre les femmes et les hommes.

Vers une aide plus efficace

Le Rwanda adhère à la Déclaration de Paris sur l'efficacité de l'aide (PDF, 1,55 Mo, 26 pages). Il a pris des mesures pour intégrer ces principes dans ses relations avec les pays donateurs et les organisations multilatérales.

Réalisations 2011-2012

  • A amélioré les moyens de subsistance de 6 748 Rwandais, dont 54 % étaient des femmes.
  • A mis la production légumière au premier plan et a accru le revenu des ménages en appuyant la création de 2 597 jardins potagers et la distribution de 180 000 plants d'arbres fruitiers.
  • A aidé à la construction de deux centres de santé, d'un édifice commercial moderne et de 1 000 maisons pour des familles vulnérables, et a promu la fabrication de paniers tressés et la réalisation d'autres activités économiques pour les associations de femmes.

Réalisations 2010-2011

  • A aidé des collectivités à transformer des versants de collines en créant des terrasses radicales et des canaux de drainage.
  • Dans une zone de projet, des exploitants agricoles ont reçu du soutien pour l'usage de fertilisants et des services de vulgarisation agricole. La part des produits commercialisés des exploitants agricoles participants a bondi de 35 % à 65 %, dépassant les cibles établies.
  • Dans deux districts, a formé les autorités locales sur la gestion financière, la passation de marchés et l'égalité entre les sexes, ce qui a donné une meilleure mise en œuvre de leurs plans et de leurs programmes.
  • Dans deux districts, a formé des représentants de la société civile sur les droits de la personne, ce qui a accru leur aptitude à négocier avec les autorités locales. Les exploitants agricoles comprennent mieux les réformes concernant les régimes fonciers et les incidences sur leur vie.

Réalisations 2009-2010

Sécurité alimentaire

  • A contribué à développer 275 hectares de marais et 658 hectares de terrasses pour une utilisation productive, et reboiser 8 380 hectares, au bénéfice de plus de 5 000 ménages qui vivent de l'exploitation agricole, et à créer des emplois, à diversifier l'économie et à augmenter la production agricole.
  • A permis de construire ou d'améliorer 325 km de routes rurales dotées de fossés anti-érosion.
  • A établi et renforcé environ 200 petites et moyennes entreprises du secteur privé et des organisations rurales de fermiers, de pêcheurs et de femmes.
  • A formé quelque 15 000 personnes sur la remise en état des routes, le terrassement, l'agroforesterie, l'agriculture et les pêches.
  • A créé plus de 4,8 millions de jours de travail rémunéré pour les habitants, dont plus de la moitié étaient des femmes.


Note : Si vous ne pouvez accéder aux documents fournis dans un format de rechange, veuillez visiter la page d'aide.