Gouvernement du Canada

Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada

www.international.gc.ca

Tanzanie

Table des matières

Des Tanzaniennes assistent à une réunion. © ACDI-CIDA/Peter Bennette

Aperçu

La Tanzanie est une démocratie jeune, mais stable. Elle affiche l'un des meilleurs bilans parmi les pays d'Afrique en matière de gouvernance et de respect des droits de la personne. La capacité de ses institutions est encore limitée, mais elle s'accroît petit à petit, surtout au sein des ministères des Finances, de l'Éducation et de la Santé.

La Tanzanie a subi les effets du ralentissement économique mondial, mais son économie a rebondi et la croissance du pays s'annonce bonne. La découverte récente de gisements de gaz naturel a aussi accru substantiellement le potentiel économique de la Tanzanie, tandis que les efforts continus en matière de saine gestion économique et de bonne gouvernance aideront à s'assurer que la croissance économique du pays contribue à réduire la pauvreté. À l'heure actuelle, le pays occupe le 152e rang sur 187 pays pour ce qui est de l'Indice de développement humain 2012 établi par le Programme des Nations Unies pour le développement.

La Tanzanie est en voie d'atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) concernant l'éducation, l'égalité entre les femmes et les hommes, et la santé, y compris en ce qui a trait à la réduction de la mortalité infantile et la lutte contre le VIH/sida. Elle n'est toutefois pas en voie d'atteindre les objectifs de réduction de la pauvreté et de réduction de la mortalité maternelle.

Priorités

En 2009, dans le cadre du nouveau plan d'action pour accroître l'efficacité de l'aide du Canada, la Tanzanie a été désignée comme l'un des pays ciblés. Le Canada aide la Tanzanie à atteindre les objectifs de développement énoncés dans sa National Strategy for Growth and Reduction of Poverty II (en anglais — PDF, 1,43 Mo, 170 pages), stratégie avec laquelle s'harmonisent étroitement les priorités de développement du Canada.

Selon cette stratégie, les objectifs de la Tanzanie incluent les suivantes :

  • Accélérer la croissance économique et réduire la pauvreté.
  • Améliorer la qualité de vie et le bien-être social des Tanzaniens.
  • Favoriser une saine gouvernance et la responsabilisation.

Les efforts de développement international du Canada en Tanzanie contribuent à réduire la pauvreté en cherchant avant tout à améliorer la vie des enfants et des jeunes, à soutenir une croissance économique durable et à renforcer la gouvernance démocratique appuyant cette stratégie.

Enfants et jeunes, y compris la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants

L'attention particulière que le Canada accorde à la santé des mères et des enfants est essentielle à l'amélioration de la qualité de vie et du bien-être des Tanzaniens. Le Canada participe aux efforts ayant pour but de permettre à la population d'avoir un meilleur accès à des travailleurs de la santé qualifiés, d'augmenter le nombre de bébés qui naissent dans des établissements de santé, de prévenir le paludisme et la tuberculose, et de contribuer à prévenir la propagation du VIH/sida chez les jeunes, tout en atténuant les répercussions de cette maladie chez les enfants et leurs familles. Le Canada appuie les efforts du gouvernement de la Tanzanie dans le domaine de l'éducation, afin d'accroître les taux d'alphabétisation, d'améliorer la qualité de l'enseignement, d'augmenter l'accès équitable à l'éducation secondaire et à la formation professionnelle, et de fournir de la formation aux jeunes pour les amener à acquérir des compétences afin qu'ils obtiennent un emploi.

Principaux résultats escomptés

  • Le taux de mortalité maternelle de 454 décès pour 100 000 naissances vivantes, en 2008, sera réduit.
  • Le taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans de 81 décès pour 1 000 naissances vivantes, en 2010, sera réduit.
  • Le taux de mortalité des bébés de 51 décès pour 1 000 naissances vivantes, en 2010, sera réduit.
  • Des millions d'enfants et de femmes enceintes seront vaccinés.
  • Des soins de santé prénatals et liés à l'accouchement seront fournis à des millions de femmes.
  • Davantage de jeunes s'inscriront à des programmes communautaires de prévention et de traitement du VIH/sida.
  • Les méthodes modernes de planification familiale seront accessibles et un plus grand nombre de femmes y auront recours.
  • Le pourcentage d'élèves du secondaire qui terminent leurs études sera accru; il s'établit actuellement à 35 %.

Croissance économique

Le Canada favorise une croissance économique durable en renforçant la capacité du gouvernement de la Tanzanie de gérer de façon responsable et durable le secteur de l'extraction, de rehausser sa gestion des finances publiques, de renforcer la transparence et la responsabilisation du gouvernement, et d'améliorer l'environnement des affaires pour le démarrage et le développement des entreprises, y compris par un accès plus facile à du crédit et à des services financiers. Grâce au partenariat du G8 entre le Canada et la Tanzanie, annoncé en juin 2013, le Canada rapproche le gouvernement, le secteur privé et la société civile de la Tanzanie afin d'accroître la transparence et la responsabilisation du secteur de l'extraction, lequel est en plein essor.

Principaux résultats escomptés

  • Les Tanzaniens démunis auront un meilleur accès à des services financiers et à du crédit.
  • La part du PIB attribuable aux recettes fiscales sera accrue.
  • La gouvernance, la transparence et la responsabilisation du secteur de l'extraction seront rehaussées.

Vers une aide plus efficace

La Tanzanie est un chef de file sur le plan de l'efficacité de l'aide. Sa prise en charge à l'échelle nationale est solide. Elle joue un rôle de haut niveau dans les principaux domaines de réforme. Elle est aussi au premier plan de la coordination des efforts de développement liés à sa stratégie nationale de réduction de la pauvreté. L'adhésion du gouvernement et des donateurs à la stratégie d'aide conjointe à la Tanzanie (en anglais), en 2006, a débouché sur une meilleure concordance des activités et des priorités nationales, de même que sur un recours accru aux systèmes nationaux pour réaliser le programme. Ces efforts ont entraîné une meilleure harmonisation de l'aide des donateurs et réduit les coûts de transaction du gouvernement de la Tanzanie.

D'importants progrès ont été réalisés au chapitre de la répartition du travail, un exercice par lequel le gouvernement et les donateurs se sont entendus pour répartir les secteurs de mobilisation par donateur, en fonction des priorités de la Tanzanie. Le Canada a été le donateur principal dans d'importants secteurs à caractère social ― éducation, ressources humaines en santé, et VIH/sida ― de même que pour la réforme de la justice, un enjeu transversal.

Réalisations 2012-2013

Enfants et jeunes, y compris la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants

  • A permis d'accroître la proportion de bébés nés avec l'aide de travailleurs de la santé qualifiés, la faisant passer de 46 % en 2004-2005 à 59 % en 2012‑2013.
  • A offert des chirurgies pour redonner la vue à 7 750 Tanzaniens et des chirurgies à 2 027 Tanzaniens ayant un handicap.
  • A installé des chambres froides (servant à entreposer des vaccins) au dépôt central de produits médicaux et dans 35 régions, grâce à l'appui du programme unique des Nations Unies pour améliorer la santé des mères, des nouveau‑nés et des enfants, ce qui a permis d'accroître la capacité d'entreposage sécuritaire de vaccins, de 15 546 litres en 2009 à 97 144 litres en 2012.
  • A facilité l'introduction de deux nouveaux vaccins (contre les rotavirus et les infections pneumococciques) afin de réduire substantiellement la mortalité infantile causée par la diarrhée, la pneumonie et d'autres maladies, grâce à l'amélioration des installations d'entreposage des vaccins.
  • A contribué à l'augmentation de 11 % du nombre d'enseignants qualifiés dans les écoles primaires et secondaires, de 2011‑2012 à 2012‑2013, ce qui a permis de faire passer le nombre d'enfants dans les classes de 64 à 47 élèves par enseignant au niveau primaire, et de 50 à 34 élèves par enseignant au niveau secondaire.
  • A contribué à accroître le taux d'inscription au secondaire, de 24 % en 2008 à 37 % en 2012.
  • A aidé à accroître le taux d'inscription en formation professionnelle de 19 % depuis l'an dernier; les femmes représentent maintenant 47 % des élèves.

Croissance économique

  • A permis d'accroître le nombre de personnes démunies se prévalant de services financiers auprès des institutions financières, grâce au Programme de renforcement du secteur financier (PRSF); ce nombre est passé de 892 626 en juin 2011 à 951 404 en juin 2012 (une augmentation de 6,6 %).
  • A contribué à presque doubler le nombre de femmes qui ont obtenu des prêts de plus de deux millions de shillings tanzaniens (1 290 $ CA) auprès d'institutions de microfinance appuyées par le PRSF (ce nombre est passé de 2 763 en 2011 à 5 149 en juin 2012).
  • A aidé à mettre sur pied le bureau d'évaluation du crédit, qui réduira les frais de transaction et permettra aux institutions financières officielles de prêter à de plus petits emprunteurs.
  • A aidé le gouvernement de la Tanzanie à obtenir le statut de « conforme » en vertu de l'Initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE), en décembre 2012. L'ITIE favorise une plus grande transparence et responsabilisation de l'industrie minière en assurant que les sociétés minières fassent un rapport public de tous les impôts et redevances et que le gouvernement de la Tanzanie indique ce qu'il reçoit des entreprises.
  • A aidé le gouvernement de la Tanzanie à mettre en place un nouveau système de ressources humaines et de rémunération; ce système a permis d'accroître l'exactitude des données, laquelle est passée de 60 % en 2009 à 95 % en 2013.

Réalisations 2011-2012

Enfants et jeunes, y compris la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants

  • A amélioré la couverture vaccinale de 83 % en 2011 à 90 % en 2012, ce qui a permis de protéger encore plus d'enfants contre les maladies évitables comme la rougeole, le tétanos et la diphtérie.
  • En appuyant le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, a aidé à administrer un traitement contre le VIH/sida à 280 000 personnes et à distribuer, depuis 2004, 23 millions de moustiquaires imprégnées d'insecticide en Tanzanie pour prévenir le paludisme.
  • A aidé 47 % des femmes en âge de procréer à obtenir des moyens de contraception, comparativement à 20 % en 2004.
  • A aidé à former 4 900 enseignants pour aider les jeunes en ce qui a trait à la prévention du VIH/sida et à la façon de vivre avec la maladie, grâce au soutien à la Commission de la Tanzanie sur le sida.
  • En appuyant le Partenariat Halte à la tuberculose de l'Organisation mondiale de la Santé, a contribué à améliorer la détection des cas de tuberculose en Mbeya (une région pauvre de la Tanzanie rurale) de 85 % en 12 mois, ce qui a permis aux personnes affectées de recevoir des traitements rapidement, d'améliorer leurs chances de guérison et de réduire la propagation de la maladie.
  • A aidé le gouvernement de la Tanzanie à doubler l'inscription à l'école primaire depuis 2000. En 2011, 94 % des enfants en âge d'aller à l'école étaient inscrits à l'école primaire, et les classes ont été réduites, passant de 64 à 49 élèves.
  • A aidé le gouvernement de la Tanzanie à accroître de 79 % l'inscription à des collèges techniques, de 2008 à 2011 (de 47 000 à 84 000 étudiants).
  • A contribué à accroître la proportion de bébés nés avec l'aide de travailleurs de la santé qualifiés sur une période de cinq ans, la faisant passer de 46 % en 2004-2005 à 51 % en 2010-2011.
  • A aidé le partenariat Halte à la tuberculose à fournir des médicaments antituberculeux pour adultes et enfants à 110 000 personnes et a accru le dépistage précoce des cas de tuberculose en mobilisant et en encadrant des travailleurs de la santé communautaire et des guérisseurs traditionnels.
  • A accru de 22 % le taux d'inscription à l'école secondaire, le faisant passer de 1 466 402 élèves en 2009-2010 à 1 789 547 élèves en 2010-2011.
  • A offert des chirurgies pour redonner la vue à plus de 8 000 jeunes Tanzaniens.

Croissance économique

  • A aidé à augmenter le nombre de femmes et de jeunes ayant accès à des services financiers de 18 %, soit de 449 000 en 2010 à 532 000 en 2011, grâce au Programme de renforcement du secteur financier.
  • A amélioré les services financiers pour les petites entreprises, grâce à de nouvelles initiatives financières mobiles, y compris les services financiers par téléphone cellulaire et un partage amélioré des données parmi les institutions financières afin d'augmenter l'accès au crédit.
  • A favorisé une plus grande transparence et responsabilisation de l'industrie minière au moyen de l'Initiative pour la transparence dans les industries extractives, en veillant à ce que les sociétés minières fassent un rapport public de tous les impôts et redevances et que le gouvernement de la Tanzanie indique ce qu'il reçoit des entreprises.
  • A aidé le gouvernement de la Tanzanie à améliorer la gestion de son secteur public en créant des chartes de service à la clientèle, des plans stratégiques et des évaluations de rendement dans environ 260 ministères et départements du gouvernement.
  • A contribué à accroître de plus de 69 % le taux d'inscription dans les collèges de formation technique, le faisant passer de 50 173 personnes inscrites en 2009-2010 à 85 040 en 2010‑2011.

Réalisations 2010-2011

Enfants et jeunes, y compris la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants

  • A contribué à augmenter le pourcentage des mères qui accouchent dans un établissement de santé avec l'assistance d'un personnel qualifié, le faisant passer de 46 % (2004) à 50 % (2010).
  • A contribué à la prestation de services de soins de santé primaires, y compris des soins de santé aux mères, aux nouveau-nés et aux enfants, à plus de 43 millions de personnes dans 4 600 établissements de santé locaux, grâce à un appui provenant de multiples donateurs à la stratégie nationale dans le secteur de la santé.
  • A contribué au renforcement des capacités de conservation des vaccins dans la chaîne du froid à l'échelle nationale et régionale; cela permettra la distribution de deux nouveaux vaccins essentiels pour les enfants ― contre les rotavirus et les infections pneumococciques ― au cours des deux prochaines années.
  • A fourni des vaccins, des médicaments ainsi que du matériel et des fournitures de santé nécessaires dans 13 districts.
  • A contribué à l'augmentation de 46 % du nombre d'inscriptions à l'école secondaire et de 13 % du nombre d'enseignants dans les écoles primaires, de 2008 à 2011.

Croissance économique

  • A contribué à l'élargissement de l'accès au crédit des microentreprises, des petites et moyennes entreprises et des pauvres; ces crédits sont passés de 115 millions de dollars en 2009 à 190 millions de dollars en 2010.

Note : documents fournis dans un format de rechange

Si vous ne pouvez accéder aux documents fournis dans un format de rechange, veuillez visiter la page d'aide.