Gouvernement du Canada

Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada

www.international.gc.ca

La ministre Oda conclut une participation fructueuse au quatrième Forum de haut niveau sur l'efficacité de l'aide

Le 1er décembre 2011

BUSAN (Corée du Sud) — L'honorable Beverley J. Oda, ministre de la Coopération internationale, a conclu une participation fructueuse au quatrième Forum de haut niveau sur l'efficacité de l'aide, où elle a rappelé que la priorité du Canada était de placer l'atteinte de résultats durables à long terme au centre de son action en matière de développement.

« J'étais fière de pouvoir montrer, à ce forum international d'envergure, que le Canada a pris des mesures audacieuses pour améliorer l'efficacité de son aide », a déclaré la ministre Oda. « Les démarches entreprises par le Canada pour concentrer ses efforts sur les résultats, l'optimisation des ressources et l'accroissement de la durabilité de l'aide internationale alimentent désormais les discussions à l'échelle internationale. »

Lors du Forum, la ministre Oda a mis en lumière les démarches concrètes que le Canada a entreprises pour renforcer la responsabilisation de tous les intervenants à l'égard des résultats obtenus dans les pays et dans des secteurs précis. Elle a souligné que l'Initiative de Muskoka sur la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants, lancée par le Canada au Sommet du G8, et la Commission de l'information et de la responsabilisation en matière de santé de la femme et de l'enfant des Nations Unies, coprésidée par le premier ministre Harper, établissaient une nouvelle norme internationale pour assurer la prise en charge par les pays et la responsabilisation à l'égard des résultats en matière de développement.

Pendant la conférence, la ministre Oda a annoncé que l'Agence canadienne de développement international (ACDI) avait adhéré à l'Initiative internationale pour la transparence de l'aide (IITA), qui vise à améliorer l'accès à l'information sur l'aide, ce qui illustre une fois de plus l'importance que revêt la transparence pour le Canada. L'IITA est conforme à l'initiative en faveur d'un gouvernement ouvert, établie par le gouvernement du Canada, dans le cadre de laquelle l'ACDI met en œuvre d'importantes mesures pour permettre aux Canadiennes et aux Canadiens d'avoir plus facilement accès aux données et à l'information ouvertes. Dans son portail de données ouvertes, l'ACDI publie déjà des données statistiques et d'autres renseignements sur les projets d'aide internationale, sous la forme de fichiers lisibles par machine, ainsi que des renseignements sur les projets dans les pays ciblés par l'ACDI, grâce à la géocartographie sur le Web.

La ministre Oda a aussi exposé les détails de l'engagement à long terme du Canada en vue d'accroître la sécurité alimentaire. Elle a particulièrement insisté sur le fait qu'il importe d'augmenter la production et la productivité agricoles, de fournir des denrées nutritives de qualité et de reconnaître l'impact de l'autonomisation des femmes pour accroître la sécurité alimentaire et favoriser une croissance économique durable. Elle a par ailleurs signalé que le Canada avait été le premier pays à respecter l'engagement pris au Sommet du G8 de L'Aquila, en versant la somme de 1,18 milliard de dollars qu'il avait promise.

Au cours du Forum, la ministre Oda a rencontré le ministre australien des Affaires étrangères, M. Kevin Rudd, et elle a signé un accord visant à renforcer le partenariat entre le Canada et l'Australie en matière de coopération internationale. Elle s'est également entretenue avec le ministre coréen des Affaires étrangères, M. Kim Sung-Hwan, et a signé une lettre d'intention en vue de resserrer les liens de coopération entre le Canada et la Corée dans le domaine du développement international.

« Nous créons des partenariats de coopération avec des intervenants qui partagent les valeurs canadiennes et qui ont à cœur de faire en sorte que le développement soit efficace », a affirmé la ministre Oda.

En donnant son appui au document final de Busan (PDF, 265 Ko, 15 pages), la ministre Oda s'est dite heureuse de voir que tous les partenaires œuvrant dans le développement s'engageaient à adopter les principes communs qui sous-tendent le nouveau partenariat mondial pour une coopération efficace au développement, soit la prise en charge, les résultats, la transparence et la responsabilisation.

En guise de conclusion, la ministre Oda a déclaré : « Il est important qu'à la suite de cette conférence, le Canada et tous les donateurs soient plus que jamais déterminés à mieux rendre compte de l'aide consentie, à optimiser les ressources et à obtenir des résultats concrets. »

— 30 —

Pour de plus amples renseignements, les représentants des médias sont priés de communiquer avec :

Justin Broekema
Attaché de presse de la ministre de la Coopération internationale
Téléphone : 819-953-6238
Courriel : justin.broekema@acdi-cida.gc.ca

Bureau des relations avec les médias
Agence canadienne de développement international (ACDI)
Téléphone : 819-953-6534
Courriel : media@acdi-cida.gc.ca


Fiche d'information

Le Canada à Busan — Plan d'action du Canada pour accroître l'efficacité de l'aide

Le Plan d'action du gouvernement du Canada pour accroître l'efficacité de l'aide met l'accent sur la concentration, l'efficacité et la responsabilisation à l'égard des résultats pour contribuer à la réduction durable de la pauvreté dans les pays en développement. Le Canada a participé activement à l'élaboration et à la mise en œuvre des engagements en faveur de l'efficacité de l'aide inscrits dans la Déclaration de Paris sur l'efficacité de l'aide au développement (2005) et dans le Programme d'action d'Accra, et il continue de déployer des efforts pour les réaliser.

Résultats en faveur des démunis du monde entier

  • L'efficacité de l'aide et l'obtention de résultats de développement durables sont les éléments qui caractérisent le programme d'aide internationale au développement du Canada.
  • L'aide internationale au développement doit être axée sur l'obtention de résultats de développement concrets et durables.

Responsabilisation à l'égard des ressources et des résultats

Le Canada :

  • est reconnu à l'échelle internationale pour son engagement au chapitre de l'efficacité et de la transparence de l'aide au développement;
  • est responsable, à l'égard de ses citoyens, de ses partenaires et des bénéficiaires de son aide, de chaque dollar qu'il verse en aide internationale au développement;
  • a donné suite à tous ses engagements internationaux. En effet, il a :
    • doublé son budget d'aide internationale, depuis 2001-2002, conformément aux engagements pris dans le cadre du G8;
    • doublé l'aide à l'Afrique depuis 2003-2004;
    • dirigé l'élaboration du premier rapport du G8 sur l'obligation de rendre compte en 2010;
    • respecté l'engagement du Sommet du G8 de L'Aquila de doubler ses investissements à l'appui du développement agricole durable en affectant 600 millions de dollars additionnels sur trois ans; il est le seul pays du G8 à avoir versé la totalité des sommes promises;
  • a exercé un leadership mondial dans le cadre de l'Initiative de Muskoka sur la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants, qu'il a lancée lors du Sommet du G8, ainsi que de la Commission de l'information et de la responsabilisation en matière de santé de la femme et de l'enfant de l'ONU, que le premier ministre Harper a coprésidée, établissant ainsi une nouvelle norme en matière de prise en charge par les pays et de responsabilisation à l'égard des résultats de développement;
    • il s'est engagé à attribuer 2,85 milliards de dollars sur cinq ans pour aider à sauver la vie des femmes, des enfants et des nouveau-nés dans les pays en développement, et à rendre compte de cet engagement sur une base annuelle;
  • a mis en œuvre de nouvelles mesures de déclaration de l'information telles que le rapport intitulé Le développement axé sur les résultats et les rapports annuels des programmes-pays.

Envisager l'avenir...

La transparence — la clé en matière de responsabilisation

Pour respecter ses engagements en matière de transparence de l'aide, le Canada :

  • s'est joint au Partenariat pour un gouvernement transparent, qui favorise la transparence, confère une autonomie accrue aux citoyens et exploite les nouvelles technologies pour renforcer la gouvernance;
    • il aidera aussi les pays partenaires à devenir transparents dans le domaine des finances et à s'améliorer au chapitre de la responsabilisation à l'égard de leurs citoyens;
  • a adhéré à l'Initiative internationale pour la transparence de l'aide et s'est engagé à accroître l'accessibilité, l'utilité et la compréhension de l'information sur les dépenses consacrées à l'aide;
  • a lancé le site Web sur les données ouvertes de l'Agence canadienne de développement international (ACDI), une base de données dynamique dans laquelle on peut trouver des renseignements sur les projets d'aide financés par l'ACDI.

Objectifs du Millénaire pour le développement 4 et 5 — mettre collectivement l'accent sur les résultats

La Commission des Nations Unies sur l'information et la responsabilité pour la santé des femmes et des enfants, coprésidée par le premier ministre canadien Stephen Harper et le président tanzanien Jakaya Kikwete, démontre concrètement comment placer la prise en charge par les pays et la responsabilisation à l'égard des résultats au cœur des priorités de développement. Cette commission, qui prend appui sur les principes de leadership national, de renforcement des capacités et de réduction du fardeau des exigences en matière de rapports, a déterminé un ensemble simple d'indicateurs de référence pour le secteur de la santé afin de permettre à tous les intervenants de participer activement à la réalisation d'objectifs et de résultats communs liés à la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants.

Pour sa part, le Canada, a déjà mis en œuvre les recommandations de la Commission en intégrant les onze indicateurs de base dans son cadre de rendement et en collaborant à faire progresser la mise en œuvre des recommandations auprès de toutes les parties ayant des intérêts dans la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants. La Commission sert de modèle de coopération efficace à l'échelle internationale parce qu'elle accorde la priorité aux populations et aux résultats, s'aligne sur les principes de responsabilisation et de transparence, et assure la cohérence entre les priorités adoptées par les pays. Tous les partenaires devraient suivre l'exemple de la Commission et unir leurs efforts pour transposer cette efficacité dans d'autres secteurs.

Efficacité — en faire une réalité concrète

Pour accroître l'efficacité de l'aide, le Canada :

  • a délié la totalité de son aide internationale, y compris l'aide alimentaire;
  • a accru les incidences de l'aide et en a réduit la fragmentation en concentrant son aide sur les aspects géographique et thématique;
  • a harmonisé tous ses programmes-pays avec les plans et les priorités de ses pays partenaires, en plus de recourir aux systèmes établis par ces pays;
  • a examiné ses investissements multilatéraux en fonction de la pertinence, de l'efficacité institutionnelle, des résultats au chapitre du développement, et du respect des principes de l'efficacité de l'aide;
  • a placé les femmes et les filles au centre de son programme afin de tenir compte des inégalités et de multiplier les résultats au chapitre du développement.

Innovation — catalyser le changement et optimiser l'impact

  • Le Canada a mené une série d'efforts pour établir de nouvelles façons de faire au niveau du financement et des programmes, par exemple :
    • un programme innovateur administré par l'Alliance Gavi, le Mécanisme de garantie de marchés (MGM), qui vise à protéger la vie des enfants les plus pauvres du monde en accélérant l'introduction de vaccins antipneumococciques dans les pays en développement;
    • des projets pilotes dans le cadre de l'initiative « Achats au service du progrès » au Ghana et en Afghanistan, qui utilisent les activités d'approvisionnement alimentaire du Programme alimentaire mondial (PAM) afin de créer des marchés pour les produits alimentaires locaux vendus par des agriculteurs à faible revenu ou des petits exploitants agricoles ou de les améliorer;
  • Le Canada appuie également la recherche et le développement qui mènent à des solutions pratiques et à des percées permettant de relever les défis critiques en matière de développement, par exemple :
    • le Fonds canadien de recherche sur la sécurité alimentaire internationale (FCRSAI), dont les travaux de recherche appliquée aideront les agriculteurs dans les pays en développement à améliorer la sécurité alimentaire;
    • des mesures de soutien aux partenariats internationaux qui visent à résoudre les problèmes les plus graves et à relever les défis les plus pressants en matière de santé dans les pays en développement, où Grands Défis Canada œuvre à atténuer les cinq principaux obstacles dans ce secteur;
    • les programmes pionniers du Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale (GCRAI), comme HarvestPlus et Changements climatiques, agriculture et sécurité alimentaire, qui mettent à profit la recherche pour réduire les carences en micronutriments et affronter les menaces liées aux changements climatiques en vue d'assurer la sécurité alimentaire.

Plan d'action du Canada sur l'efficacité de l'aide


Note : Si vous ne pouvez accéder aux documents fournis dans un format de rechange, veuillez visiter la page d'aide.